[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Espagne: le leader de Podemos, Pablo Iglesias, annonce son retrait de la politique

Espagne

Lien publiée le 5 mai 2021

Tweeter Facebook

Ces articles de la rubrique « Ailleurs sur le web » sont publiés à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.bfmtv.com/international/europe/espagne/espagne-pablo-iglesias-annonce-son-retrait-de-la-politique_AD-202105040517.html

Le chef du parti Podemos (extrême gauche), Pablo Iglesias (au centre), à une manifestation à Madrid le 1er mai 2021.

Après la déroute de la gauche aux élections régionales mardi à Madrid, le leader controversé du parti de gauche radicale Podemos a annoncé son retrait de la vie politique.

Pablo Iglesias, le leader du parti de gauche radicale Podemos, partenaire du Parti socialiste au sein de la coalition au pouvoir en Espagne, a annoncé son retrait de la vie politique après la déroute de la gauche aux élections régionales mardi à Madrid.

"Nous avons échoué", a-t-il affirmé devant un groupe de militants de son parti, disant avoir l'impression d'être "le bouc émissaire qui mobilise les sentiments les plus obscurs, les plus contraires à la démocratie". "Je crois qu'il est évident qu'aujourd'hui (...) je ne contribue pas à rassembler", a poursuivi Pablo Iglesias, 42 ans, fondateur et jusqu'alors chef de file de Podemos.

Pour cette raison, a-t-il ajouté, "j'abandonne toutes mes fonctions, je quitte la politique dans le sens de politique partisane, politique institutionnelle", afin de ne pas être "un obstacle à une rénovation de la direction qui doit se produire dans notre force politique".

Pablo Iglesias a également qualifié de "tragédie" le triomphe du Parti populaire (PP, droite conservatrice), qu'il a décrit comme "la droite trumpiste", du nom de l'ancien président américain Donald Trump, et le bon score du parti d'extrême-drotie Vox.