[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Résumé du 23ème jour de grève des postiers du 92 et du 78

lutte-de-classe

Brève publiée le 21 février 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé du 23ème jour de grève des postiers du 92 et du 78
Nouvelle entrée au siège national des grévistes et intervention des Gardes mobiles !

Avec la reconduction de la grève à Nanterre PPDC et à Clamart, le taux de grève aujourd’hui a atteint un nouveau pic. Les grévistes se sont appuyés sur le nombre de grévistes pour chercher à frapper un grand coup.

Commissions disciplinaires de Jean-Michel et Adil : « Ni oubli, ni pardon ! »
Jean-Michel, secrétaire de la section SUD de la Plate-Forme Colis de Gennevilliers, passait en commission disciplinaire ce matin. La direction avait déplacé au dernier moment le lieu de la commission, qui s’est déroulée dans une salle louée pour l’occasion dans les beaux quartiers de Paris. Cela n’a pas empêché les postiers des différents métiers impliqués dans la grève de se masser aux portes de la commission. Au final, Jean-Michel a écopé de 8 jours de mises à pied. C’est moins que les 2 mois initialement envisagés par la direction, mais c’est déjà trop : il est anormal de sanctionner quelqu’un simplement pour son activité syndicale. 8 jours de mise à pied qui s’ajoutent à la demande de licenciement d’Adil. Face à cette double injustice, les grévistes ne sont pas partis sans avoir fait entendre leur slogans et se sont répétés entre eux la fameuse devise : « Ni oubli, ni pardon ».

Les grévistes entrent à nouveau au Siège
Les grévistes se sont ensuite dirigés vers le Siège national, qui avait été barricadé à l’occasion du Conseil d’Administration : grilles fermées, vigiles présents en force... La direction avait anticipé sur la venue des postiers du 92 et du 78. Mais cela n’a pas empêché les grévistes de se faufiler une fois de plus jusque dans le hall d’entrée du Siège, et cette fois-ci à plus d’une centaine. Une nouvelle preuve qu’aucune forteresse n’est imprenable.

Intervention des Gardes mobiles
Mais contrairement à leur dernière visite au Siège, cette fois-ci la direction avait fait le choix de chercher à briser le mouvement : elle a commencé par laisser la situation pourrir, puis elle a fait intervenir plusieurs dizaines de Gardes Mobiles avec boucliers et casques. Son objectif était de casser le moral des postiers en les matraquant. Les grévistes ont même eu écho que la direction avait cherché à faire passer plusieurs personnes en comparution immédiate. La direction voulait ainsi briser net la grève, mais les grévistes ne sont pas tombés dans le piège et ont su sortir au bon moment. Les dirigeants ont beau employer les grands moyens, le mouvement continue.

Rassemblement demain 18h au 3 bd du Levant Nanterre

Fête de soutien aux postiers samedi à partir de 20h à la ferme de l'horloge, 16 rue Pierre Timbaud Gennevilliers