[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Résumé de la 24ème journée de grève des postiers du 92 et du 78

lutte-de-classe

Brève publiée le 23 février 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé de la 24ème journée de grève des postiers du 92 et du 78 (vendredi 21 février)

Malgré toutes les tentatives de mauvais coups, la grève tient

Jeudi la direction nationale de La Poste a fait une tentative d’écraser la grève. Au vu du taux de grévistes ce vendredi et des discussions menées dans les bureaux et en AG, la manœuvre a clairement échoué.

« Baisse des volumes » ? Hausse des profits !

La direction offre elle-même des armes pour la combattre. La communication actuelle de la direction de La Poste est en effet contradictoire : d’un côté, la DOTC 92 placarde partout des affiches accusant les grévistes de refuser la discussion et, à l’image de la direction nationale du Groupe, envoie les Directeurs de groupement dans les bureaux exhorter les postiers à accepter les réorganisations car « la baisse des volumes, la baisse du trafic courrier nous contraignent à adapter les organisations du travail aux flux pour pérenniser l’emploi ». En somme, « Postiers, pour sauver vos emplois, il faut... accepter la destruction de milliers d’emplois » (!!!).  

Et d’un autre côté, dans sa conférence de presse d’hier, que les postiers du 92 ont perturbée en occupant le Siège, la direction du Groupe La Poste a annoncé fièrement des bénéfices en hausse de 31%, à 627 millions d’euros. Si La Poste fait tant de bénéfices, il est scandaleux de ne pas en redistribuer une part à celles et ceux qui font tourner l’entreprise : les postiers.

Petits coups tordus

Si la direction du 92 se sent obligée de multiplier ses opérations de communications auprès des postiers pour les décourager de faire grève, c’est qu’elle ne se sent pas à l’aise. D’ailleurs, pour la première fois depuis le début du conflit, la DOTC a décidé de fermer les accès aux bâtiments de la direction départementale, empêchant même les agents travaillant sur le centre d’accéder à la cantine !

Propositions en douce de négociations centre par centre mais sans la présence du syndicat SUD, chantage aux congés (« si tu fais grève on annule tes congés »), coups de fils à la famille pour mettre la pression… la direction ne recule devant rien. Et dans le 78, la « négociation » proposée aux grévistes de Carrières-sur-Seine et Montesson s’est révélée une copie conforme de la mascarade déjà servie à leurs collègues du 92 : la direction départementale 78 a répété en boucle « vous devez négocier localement, vous devez négocier localement... », alors que les directeurs locaux n’ont pas de pouvoir de décision sur les revendications des grévistes... Que ce soit dans le 78 ou dans le 92, La Poste est en train de tester tout son arsenal de petits coups tordus pour faire rentrer les grévistes dans le rang.

Bilan de la semaine : plusieurs coups dans les dents de la direction

Mais au final, si on jette un coup d’œil dans le rétroviseur, c’est bien pour la direction que la semaine a été assez difficile. Elle comptait sur une reprise massive à Gennevilliers et Courbevoie lundi dernier, elle se retrouve au final avec une grève reconductible majoritaire sur un nombre plus important de centres, et des menaces sérieuses d’extension sur une bonne partie du 92. Elle comptait isoler les grévistes des centres du 92 partis en grève fin janvier et début février, elle est confrontée à un mouvement de grève conjoint 92-78. Elle qui avait tout fait pour annoncer tranquillement des bénéfices en hausse a vu son CA perturbé par l’irruption de grévistes qui réclament leur dû. Elle qui comptait en finir rapidement avec un mouvement de grève inattendu, elle doit maintenant s’affronter à des postiers déterminés et organisés.

RDV ce soir à la fête de soutien aux postiers, à partir de 20h à la salle des Guignons, 7 bd du Général Leclerc, Nanterre RER Nanterre Villes