[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Résumé de la 34ème journée de grève des postiers du 92

lutte-de-classe

Brève publiée le 3 mars 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Les postiers du 92 s’invitent au siège de La Banque Postale, joyau du Groupe La Poste

Ce matin, les grévistes sont intervenus à La Garenne-Colombes/Bois-Colombes, à Fontenay et à Chaville. Le nombre de grévistes a fait un bond à Bois-Colombes et à Fontenay. La direction est obligée de prendre en compte une menace perpétuelle d’extension de la grève

Profits records d’un côté, suppressions d’emplois de l’autre

Une cinquantaine de grévistes du 92 ont investi le hall du Siège de La Banque Postale à Issy-les-Moulineaux. Leur message : tout l’argent rapporté par cette filiale du Groupe La Poste (579 millions d’euros de bénéfices net en 2013) n’existerait pas sans le travail des postiers et en particulier sans l’image véhiculée par les facteurs auprès de la population.

Ils ont également souligné qu’il n’était pas logique pour le premier employeur de France d’annoncer d’un côté des profits records (629 millions en 2013, en hausse de 31%) et de l’autre de prétexter une « baisse du trafic » pour justifier des milliers de suppressions d’emplois. Plusieurs revendications des grévistes

Un soutien extérieur qui en appelle d’autres

Philippe Poutou, ancien candidat à l’élection présidentielle de 2012, est venu apporter son soutien aux facteurs du 92 en grève depuis un mois à l’occasion de la visite par les postiers du Siège de La Banque Postale. L’un des objectifs des postiers cette semaine est d’obtenir le soutien d’un maximum de personnalités et de forces politiques, associatives, syndicales. Dans cette perspective, le rassemblement de vendredi soir à la DOTC sera un jalon important.

Une période décisive d’ouvre

Pour l’instant, la direction fait mine d’ignorer la grève. Mais certains directeurs locaux, comme celui de La Garenne/Bois-Colombes donnent des signes de fébrilité. On sait de source sûre que la boîte a beaucoup de mal à combler les tournées à découvert sur l’ensemble des Hauts-de-Seine.

La direction va être confrontée à deux nouvelles difficultés dans les jours qui viennent : l’arrivée des élections municipales, et la grève nationale postale du 13 mars. La direction nationale ne veut pas payer la distribution des plis électoraux aux facteurs (alors que l’Etat verse des millions à La Poste pour cette prestation) mais elle tarde à l’annoncer officiellement dans le 92 car elle sait que cette question peut mettre le feu aux poudres.

Et deuxièmement, la journée nationale intersyndicale de grève à La Poste le 13 mars peut être l’occasion d’un élargissement de la grève à la fois sur le département mais aussi en dehors des frontières du 92. Car ce qui se passe dans notre département est observé ailleurs et pourrait donner des idées à d’autres postiers.