[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Communiqué SUD Rail

    lutte-de-classe SNCF

    Brève publiée le 19 juin 2014

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.sudrail.fr/index.php?page=actualite&id_article=1401&date=2014-06

    Un amendement qui confirme l’éclatement en 3 EPIC n’arrêtera pas la grève !

    Les médias, le gouvernement, la Gauche, la Droite, et même un responsable syndical national mettent en avant ce matin un amendement voté hier à l’Assemblée Nationale pour justifier une possible fin de la grève que mènent les cheminot-es.

    La fédération SUD-Rail réaffirme que les seul-es qui ont à décider de la suite de la grève, ce sont les grévistes ! Les Assemblées Générales représentatives des grévistes ont cette légitimité.

    Ce n’est pas sur les bancs, quasi-déserts, de l’Assemblée que le conflit social se règlera. Il faut que le gouvernement d’une part, la direction SNCF d’autre part négocient avec les fédérations syndicales CGT et SUD-Rail, sur les revendications des grévistes.Concernant l’amendement en question, la fédération SUD-Rail constate qu’il confirme l’existence de trois EPIC là où les grévistes disent avec raison qu’il n’en faut qu’un ! Cet amendement s’inscrit dans la logique du projet de loi sans le remettre en cause fondamentalement : il signifie que 90% des 150 000 cheminot-es seront « mis à disposition » d’une entreprise (SNCF Réseau ou SNCF Mobilités) qui ne sera pas leur employeur.

     Nous sommes loin de la revendication des grévistes : Réintégration de l’ensemble du système ferroviaire dans une seule entreprise publique. Par ailleurs, la fédération SUD-Rail constate que, sans surprise, les amendements apportés au texte ne répondent en rien aux trois autres revendications portées par les fédérations CGT et SUD-Rail et par les milliers de cheminots et cheminotes en grève :

    • Arrêt de l’éclatement de l’entreprise SNCF qui détruit le service public et brise des vies. 
    • Annulation de la dette imposée depuis des années aux entreprises publiques ferroviaires. 
    • Maintien du RH 0077 et du Statut, qu’il faut améliorer et étendre à tous les salarié-es du secteur ferroviaire. 

    La fédération SUD-Rail appelle à maintenir l’unité syndicale et à poursuivre le mouvement de grève. Pas d’instrumentalisation des grévistes par des arrangements politiciens !