[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

SNCM : grève reconduite

lutte-de-classe

Brève publiée le 29 juin 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://communismeouvrier.wordpress.com/2014/06/29/sncm-greve-reconduite/

Le Parisien, 29 juin 2014 :

La grève se poursuit ce dimanche à la SNCM. Les salariés de la compagnie maritime, opérateur historique des liaisons Corse-continent, ont reconduit samedi pour 24 heures leur mouvement commencé en début de semaine. Au lendemain de la tenue d’un nouveau conseil de surveillance (CS), les salariés ont voté «à l’unanimité», a indiqué Maurice Perrin, délégué CFE-CGC et représentant des actionnaires salariés au CS.

Des commandes de navires remises en cause

Samedi, plusieurs élus marseillais, dont le président (UMP) de la communauté urbaine, Guy Teissier, la sénatrice (PS) Samia Ghali et le député (PS) Patrick Mennucci ont été reçus à leur demande en préfecture. Ils «ont insisté sur la nécessité pour l’État de tenir ses engagements», a indiqué Guy Teissier, alors que le conseil communautaire a voté une demande d’audience auprès du Premier ministre. «Au moment où l’État intervient au plus haut niveau et de manière très insistante sur l’avenir d’Alstom dans lequel il ne détient aucune participation, les élus s’étonnent et s’indignent de l’absence de réaction de l’État dans le dossier de la SNCM, compagnie dont il détient 25% du capital».

Au cours du conseil de surveillance vendredi, les deux principaux actionnaires de la SNCM, l’État et Transdev, ont refusé de participer au vote sur la prolongation d’une lettre d’intention pour la commande de quatre nouveaux navires, réclamée par les syndicats. Les syndicats, qui dénoncent «un revirement» du gouvernement, rappellent que celui-ci avait voté la lettre d’intention de commande des bateaux, et même lancé une mission sur la recherche de financements. Cette commande faisait partie d’un plan de relance, incluant un pacte social qui a été enclenché avec 500 suppressions de postes (sur 2 600).

Transdev ne souhaite pas confirmer la lettre de commande en raison de questions sur le financement. Cette décision est justifiée par l’état des finances de la compagnie et la sanction de l’Union européenne, qui demande à la SNCM de rembourser 440 millions d’euros d’aides publiques jugées illégales.