[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Résumé des 149è à 152è jours de grève des postiers du 92

lutte-de-classe

Brève publiée le 30 juin 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé du 149ème jour de grève des postiers du 92 (mercredi 25 juin 2014)

Les grévistes sont intervenus à Gennevilliers ce matin, étant donné qu’aujourd’hui avait lieu une audience entre la mairie de Gennevilliers, le directeur du centre et les grévistes. Pendant ce temps, un représentant des grévistes du 92 s’est rendu à Paris 5-6, où les agents ont décidé de faire passer une pétition pour qu’un délégué syndical du 92 ait la possibilité de les représenter. Ironie du sort : à force de dénigrer les grévistes du 92 et de chercher par tous les moyens (y compris par le biais d’une ordonnance d’expulsion) à les éloigner, il a fini par en faire des invités permanents sur son bureau !

Après l’AG, les grévistes ont manifesté dans Gennevilliers, jusqu’au marché des Grésillons. Au moment où les grévistes allaient se disperser, les intermittents et personnels fixes du Théâtre de Gennevilliers sont venus à leur rencontre et les ont invité à leur AG. Ils ont voté la grève pour 3 jours, ce qui a entraîné l’annulation d’un important festival prévu cette fin de semaine. Postiers comme intermittents étaient d’emblée favorables à des actions communes. Dès l’après-midi même, une délégation des grévistes du Théâtre de Gennevilliers s’est rendue auprès des grévistes postiers au moment de la négociation tripartite mairie-direction-grévistes, montrant que la convergence des luttes n’était pas qu’un mot.

Le négociation en présence du maire a débouché sur une avancée : après plus de 4 mois de grève des postiers de Gennevilliers, un protocole de fin de conflit local est proposé. Il mentionne l’absence de poursuite contre les grévistes du bureau (c’est une première dans le cadre de la grève) et la neutralisation de 30% des jours de grève. Par contre, il comprend une formulation sur le report de la réorganisation qui implique pour les grévistes de l’entériner par avance, et la date évoquée est en mars 2015 alors que pour Rueil et Courbevoie, la date de juin est en discussion. Comme d’habitude, la protocole n’est censé être valable qu’un temps très limité (moins de 48h !). Il n’est évidemment pas question d’accepter l’intégration de la sécabilité au casier, mais de reporter la restructuration, ni plus ni moins. Une nouvelle négociation locale aura lieu demain.

En soirée, les postiers ont participé à la représentation de la pièce de théâtre « Les Impactés » organisée par la compagnie NAJE, inspirée par des situations réellement vécues par des salariés de France Telecom. Une des membres de la Compagnie avait fait le déplacement depuis Marseille pour l’occasion. Le public a été invité à rejouer certaines scènes et à débattre, 600 euros ont été récoltés : un bel exemple de solidarité.

Résumé du 150ème jour de grève des postiers du 92 (jeudi 26 juin 2014)

La tonalité de l’intervention des grévistes à Nanterre ce matin a été particulièrement offensive : après une prise de parole appelant à la mobilisation pour le mercredi 2 juillet (date de la convocation de Mohamed, Brahim et Gaël à la Sûreté), les grévistes ont entonné slogans, chansons et sirènes d’alarmes. Ils sont ensuite descendus à Rueil Doumer, pour une autre prise de parole : les grévistes ont mis au défi le directeur de cnetre M. Salat d’assumer devant les grévistes et par écrit les propos qu’il avait tenus devant les non-grévistes. Selon lui, les grévistes se font « manipuler par les représentants syndicaux qui avaient prévus depuis le départ une grève de 3 mois qui les arrangeait bien ». M. Salat était absent du centre à ce moment-là, comme par hasard. Ensuite, les grévistes se sont rendus en délégation de masse auprès des cadres présents, qui avaient décidé arbitrairement de supprimer tous les reliquats de congés 2013 aux grévistes. Les cadres ont été prévenus : mettre des paies à 0 euros, affamer les familles des grévistes et leur voler leurs congés ne facilitera pas les relations entre eux et les facteurs.

Les grévistes du 92 ont rejoint leurs collègues de Paris 15 pour un point fixe à la manifestation interprofessionnelle : plus de 1500 euros ont été collectés et partagés entre les grévistes des 2 départements. En rassemblant leurs forces, grévistes de Paris 15 et du 92 ont pu être visibles par l’ensemble de la manifestation.

Une nouvelle audience de négociation avait lieu cet après-midi concernant Gennevilliers, cette fois-ci en « tête-à-tête » entre le directeur d’établissement de Gennevilliers et les grévistes. Les avancées de la veille ont été confirmées, la discussion sur le report de la réorganisation est toujours ouverte et le directeur a abandonné l’idée d’un « utimatum sur la date de signature du protocole. De toute façon, les grévistes ne signeront que lorsqu’ils auront sous les yeux un protocole de fin de conflit qui mentionnera un report significatif de la restructuration de Gennevilliers.

Résumé des 151ème et 152ème jours de grève des postiers du 92 (vendredi 27 et samedi 28 juin 2014)

Vendredi
Les grévistes sont intervenus ce matin simultanément dans 3 bureaux. À La Garenne-Colombes, le groupe de grévistes a insisté sur l'audience qui avai lieu le jour même aux Prud'Hommes de Paris concernant Thibault. À Neuilly et à Colombes, les grévistes ont fait le point sur la grève et ont appelé au rassemblement de mercredi devant la Sûreté Territoriale, en rencontrant une écoute très attentive.

Après les prises de parole, 

Une après-midi aux Prud’hommes

Après l’AG, une délégation de grévistes a accompagné Thibault, qui a reçu sa lettre de licenciement il y a deux semaines, aux Prud’hommes. Thibault et les grévistes ont décidé d’attaquer aux Prud’hommes par le biais d’une procédure d’urgence (un « référé ») pour obtenir sa réintégration. Malgré cette procédure, la décision risque de n’être prise qu’à la rentrée prochaine.

Par ailleurs, il y a quelques jours, l’ancien directeur départemental courrier du 92, JC Sénat, passait en appel à Versailles pour avoir remplacé des grévistes par des intérimaires… en 2007 ! Le procureur a demandé 20 000 euros d’amende pour La Poste et 5 000 euros pour JC Sénat personnellement.

Au moment où Brahim, Gaël et Mohamed vont être convoqués pour la deuxième fois à la Sûreté en pleine grève, on voit que la « Justice » sait frapper vite sur les uns et prendre son temps pour les autres…

État des lieux de la grève

Où en est la grève aujourd’hui ? Sous l’impact de la décision de l’Inspection du Travail concernant Gaël, la direction a été contrainte de ré-ouvrir cette semaine des négociations, et à opérer un recul significatif concernant Gennevilliers, qui fournit un point d’appui pour les autres bureaux sur les sanctions et les conditions de reprises. Cependant, les conditions du report de la réorganisation sur Gennevilliers proposées par la direction ne sont pas satisfaisantes, de même pour les conditions d’otention d’un CDI pour Sandrine, et le problème des sanctions n’est pas résolu : outre la ré-intégration de Thibault, les procédures d’Olivier, de Stéphanie et Manu restent ouvertes, ainsi Le nombre de grévistes reste autour de 80 : la grève est minoritaire à La Garenne-Colombes/Bois-Colombes, Courbevoie et Gennevilliers mais reste majoritaire à Rueil, avec des groupes des grévistes sur différents établissements qui partent en grève sur la question de la répression sur un ou plusieurs jours au gré des interventions des grévistes. Face à la détermination des grévistes, la direction sait qu’elle est obligée de céder peu à peu du terrain.

Samedi

Suite à deux discussions en AG, les grévistes ont tenu un point fixe à la Marche des Fiertés, à partir de l’idée que la lutte pour l’égalité des droits concerne tout le monde et en premier lieu les travailleuses et les travailleurs. Ce n’était pas forcément spontané qu’un groupe de grévistes intervienne dans une telle manifestation, mais au final, la présence des postiers a été plutôt appréciée, et cela a été l’occasion à la fois de se faire connaître et de faire une collecte de 400 euros, malgré la pluie.

Prochaines échéances

- Rassemblement devant la Sûreté : mercredi 2 juillet à 9h au 27 bd Bourdon Paris 4ème Métro Bastille

- Fête des postiers du 92 : samedi 5 juillet à 20h30 à la salle Anatole France, 7 rue Anatole France NANTERRE, RER Nanterre Université