[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Intermittents: vers une grève massive à Chalon-sur-Saone

intermittents lutte-de-classe

Brève publiée le 24 juillet 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://communismeouvrier.wordpress.com/2014/07/24/chalon-sur-saone-vers-une-greve-massive/

Le Journal de Saône-et-Loire, 24 juillet 2014 :

73,47 %. C’est le pourcentage de votants qui, hier, se sont déclarés favorables à une grève. Assemblée générale. Chaque jour, une nouvelle assemblée générale devrait décider de la suite des événements. Réunis hier après-midi en assemblée générale, salle Sembat, les intermittents du spectacle se sont prononcés à une large majorité pour la grève, aujourd’hui.

La mort dans l’âme, artistes, techniciens et même bénévoles ont largement voté pour la grève, aujourd’hui, sur le festival. Sur les 343 votants de cette consultation, 252 ont dit oui (soit 73,47 %), 65 non, et 26 bulletins blancs ou nuls ont été recensés. Concrètement, cela signifie que la grande majorité des spectacles programmés aujourd’hui n’aura pas lieu. Mais personne ne souhaitant revivre la douloureuse grève de 2003 (au cours de laquelle des compagnies avaient fini par se déchirer), ceux qui souhaitent jouer, ou jouer différemment, ne seront pas empêchés de le faire. Parmi les artistes présents hier, a par exemple été évoquée la possibilité de jouer un spectacle, mais muet, avec sur la bouche un scotch en forme de croix, ce symbole de la lutte contre la nouvelle convention chômage.


En grève, mais bien présents

Dès hier soir, les premières actions ont d’ailleurs eu lieu, perturbant l’ouverture officielle du festival ( lire en pages départementales ). L’idée, pour les intermittents, est de faire preuve de pédagogie auprès du public. Aujourd’hui, ceux qui ne jouent pas devraient ainsi être largement présents sur les lieux de leur spectacle, pour expliquer directement les raisons de leur colère. Dans la cour du Magicarium (école de l’est), le bar pourrait aussi rester ouvert et devenir un lieu d’échange, tandis que la recette alimenterait éventuellement une caisse de solidarité.

Avec l’idée d’une « grève vivante », des manifestations originales seront aussi au programme aujourd’hui. Une commission doit se réunir ce matin pour en définir les modalités. Malgré des avis parfois très divergents (sur le bien-fondé de la grève, sur le fait de voter à main levée ou à bulletins secrets, ou encore sur le type d’actions à mettre en place), les assemblées générales de mardi soir et d’hier ont en tout cas permis de dégager un consensus : celui d’associer fortement le public au mouvement. Les travailleurs précaires, et plus largement tous ceux qui souhaiteraient voir évoluer les droits sociaux et la société, sont particulièrement invités à manifester et à donner leur point de vue. Pour être au plus près de l’information, ‘‘L’échangeur’’, à l’entrée du Parc Georges-Nouelle, a été créé. Pour le public comme pour les artistes, il est le lieu privilégié d’information et d’échange. De même, la rue des Publics se fera le relais des événements, avec un affichage spécifique.

Et après… ?

Si pour le moment, rien n’a été décidé sur la suite des événements après jeudi, il est probable, selon les avis exprimés au cours des réunions de mardi et hier, que la grève prendra fin. Une nouvelle assemblée générale doit en tout cas en décider aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, Manon, la géante partie d’Avignon pour évoquer le conflit de village en village, avec les habitants, est annoncée à Chalon, dimanche midi. Un pique-nique géant, avec le public, devrait être organisé à 13 heures, place de l’Hôtel-de-Ville.

La colère des intermittents est née de la nouvelle convention chômage, signée le 22 mars, entrée en vigueur le 1er juillet, mais largement contestée par les personnes concernées, dans la mesure où elle durcit nettement les conditions d’indemnisation. « Six chômeurs sur dix ne sont pas indemnisés », rappelle entre autres l’appel à la grève, écrit à Avignon et lu hier au cours de l’assemblée générale.

Ce n’est pas un hasard si la grève a lieu aujourd’hui. La journée est en effet le dernier des quatre rendez-vous de concertation organisés entre le gouvernement, la CGT et la Coordination des intermittents et précaires (Cip). Mais « concertation n’est pas négociation », rappellent les partenaires sociaux. « L’ouverture des négociations n’est toujours pas actée, donc la lutte doit être forte », évoque l’appel à la grève d’Avignon. C’est la raison pour laquelle, à Avignon, à Chalon, et dans de nombreux autres festivals, la culture devrait être en berne aujourd’hui. Tant que la convention ne sera pas abrogée, la mobilisation devrait se poursuivre.