[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Le taux de chômage a continué à augmenter en juin

économie

Brève publiée le 25 juillet 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(Les Echos) Fin juin, la France comptait 3.662.100 chômeurs n’ayant pas du tout travaillé dans le mois, soit quelque 10.000 de plus qu’en mai. C’est surtout sur les seniors qu’a pesé cette hausse. Leur nombre frôle désormais les 800.000.

Publié deux jours après le vote du pacte de responsabilité par le Parlement, c’est un chiffre qui va faire office d’état des lieux avant réforme ; un état des lieux qui reste bien sombre puisque la France en est à son huitième mois consécutif d’augmentation du nombre de chômeurs. Elle comptait en effet à la fin juin 3.662.100 chômeurs n’ayant pas du tout travaillé dans le mois, en hausse de 9.400 (+0,3 %), selon les statistiques diffusées ce vendredi par le ministère du Travail. A 1.700 près, le seuil des 3,4 millions était franchi en métropole.

L’augmentation constatée en juin est certes près de trois fois moins que le mois précédent, qui avait enregistré quelque 25.000 demandeurs d’emploi de catégorie A supplémentaires. Mais elle est le signe que le chômage n’a toujours pas atteint un palier. D’autant que si l’on intègre les personnes qui pointent à Pôle emploi mais ont travaillé dans le mois (catégories B et C), la situation n’est pas meilleure. Leur nombre a lui aussi crû, de 23.000, soit + 0,5 %, en retrait de quelque 10.000 par rapport à mai. Il a atteint 5.343.100 sur la France entière et 5.043.200 en métropole.

C’est surtout sur les seniors qu’a pesé le mois dernier la hausse des demandeurs d’emploi. Le nombre de 50 ans et plus au chômage se rapproche désormais des 800.000, à 788.000. La tranche d’âge 25-49 ans a vu ses effectifs chômeurs légèrement augmenter (+4.000 en catégorie A), pour atteindre 2.075.200. La seule éclaircie s’est produite pour les moins de 25 ans. Ils ont été moins touchés en juin qu’en mai, pour ce qui est des chômeurs sans activité, mais leur nombre n’a baissé que d’à peine plus d’un millier, à 535.100. En ajoutant ceux qui ont travaillé dans le mois, en revanche, on trouve encore une fois un solde positif.

Au total, sur le premier semestre, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A a augmenté de 91.000, soit à quelques centaines près, le même nombre qu’un an avant. La situation est - un peu - moins noire lorsque l’on s’intéresse au nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé puisque sur les six premiers mois de 2014, avec 136.900 chômeurs de plus sur six mois, leur rythme de progression a été inférieur de 30 % à celui de la même période de 2013. Mais il ne faut pas oublier que le chômage franchit chaque mois un record absolu.

L’étude des entrées à Pôle emploi montre en outre que le ralentissement de l’augmentation du chômage en juin est dû pour partie à une diminution des premières entrées sur le marché du travail, particulièrement nombreuses depuis le début de l’année alors qu’on constate une stabilité des inscriptions pour fin de CDD ou de mission d’intérim (respectivement plus de 110.000 et près de 30.000). Du côté des sorties, aucun frémissement des reprises d’emploi ne se fait sentir. En juin, elles ont été autour de 90.000, comme en mai, donc en-deçà des chiffres des premiers mois de l’année