[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Twitter

    Irlande : lourdes attaques contre les travailleurs en perspective

    Irlande

    Lien publiée le 22 novembre 2011

    Tweeter Facebook

    Ces articles de la rubrique « Ailleurs sur le web » sont publiés à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201756551015-l-irlande-programme-de-severes-economies-dans-son-secteur-public-252556.php?xtor=EPR-1500-[international]-20111122-[s=461370_n=2_c=204_]-219409022@1

    Le gouvernement irlandais va comprimer les effectifs du secteur public et réformer 90 de ses agences. Il interrompt aussi le plan de décentralisation administrative de 2003, et pourrait relever de 2 points le taux de TVA.

    Seul parmi les pays qui ont fait appel à des financements internationaux à appliquer sans remous son programme de consolidation budgétaire, l'Irlande vient de définir un plan ambitieux pour réformer son secteur public. Un plan qui vise, à l'horizon de 2015, la réduction de 37.500 unités du nombre des fonctionnaires, pour revenir à un effectif total de 282.500, comme en 2004.

    Le dégraissage entraînera la baisse de 15 % de la masse salariale des employés du secteur public par rapport à 2008, soit des économies pour environ 2,5 milliards d'euros par an. La compression des employés de l'Etat va connaître une forte accélération dans les années à venir. D'ores et déjà, Dublin est en passe de ramener le nombre des fonctionnaires en dessous de la barre des 300.000 grâce aux 5000 suppressions de postes enregistrées cette année. L'emploi public avait culminé en 2008 à 320.000 unités. Le gouvernement de centre gauche s'atèle aussi à la rationalisation des agences publiques. L'activité de 46 de ces agences sera passée au crible et réformée courant premier semestre 2012, et 46 autres connaîtront le même sort avant la fin de l'année prochaine.

    Dans la foulée, les autorités de Dublin vont interrompre la mise en place du programme de décentralisation administrative introduit en 2003. Concrètement, 40 projets associés seront purement et simplement effacés, 22 autres seront passés en revue et 32 seront maintenus. Cette batterie de mesures précède de peu la présentation, le 6 décembre prochain, du projet de loi de finances 2012. Selon des indiscrétions relayées par des journaux allemands (ce qui n'a pas manqué de susciter un vif émoi en Irlande), l'exécutif s'apprêterait à relever de 2 points pourcentages la TVA qui atteindrait ainsi 23 %. Une décision qui pourrait menacer la fragile croissance retrouvée par l'île d'Emeraude, estiment plusieurs économistes. La banque centrale prévoit un repli de 2,6 % de la consommation des ménages en 2011 suivi par un recul plus contenu de 0,8 % en 2012. Le gouvernement, quant à lui, continue de croire en une hausse de 1,6 % du PIB l'an prochain et de 2,5 % en 2013.

    L'Irlande a été terrassée par une crise bancaire sans précédent qui l'a conduite, il y a un an, à demander une aide financière au FMI et à l'Europe. Lundi, l'agence de notation financière Moody's a rappelé que la crise bancaire n'a toujours pas été résorbée. Elle maintient sa prévision négative sur le secteur en raison « des conditions fondamentales de crédit sur les 12 à 18 mois à venir ». Raison de plus pour l'exécutif de ne pas baisser la garde en matière budgétaire, au risque de compromettre la croissance.