[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Retour sur la manifestation du 21 septembre à Toulouse

Par Spencer (28 septembre 2017)
Tweeter Facebook

Nous avons assisté à une manifestation calme, avec des forces de l'ordre un peu en retrait. 

Les mots d'ordres concernaient les ordonnances, le quinquennat Macron dans l'ensemble; demandant le retrait de la nouvelle loi Travail, le rétablissement des APL, la hausse du SMIC et la Révolution.

L'ambiance était tranquille du point de vue des cortèges CGT (Airbus, Microturbo, Postes, Mines-Énergies, ITEP Saint François) suivis d'un groupe FSU, de Lutte Ouvrière et du PCF. 

Le cortège jeune suivait, uni derrière une banderole "Les jeunes contre Macron et son monde", et rassemblant des manifestant.e.s du NPA jeunes, des JC, des Jeunesses Socialistes, de Solidaires Étudiant.e.s et de l'Union des Étudiant.e.s Toulousain.e.s. 

L'ambiance plus animée du cortège, rythmée par les slogans type "Macron, Macron, les A P L, soit tu les rends, soit on les prends." ou encore "La loi Travail c'est marche ou crève, la rue répond: GRÈVE GRÈVE GRÈVE". 

Le cortège jeunes était suivi des militant.e.s du DAL curieusement accolés au Black Bloc (et au désormais récurrent Witch bloc).

Solidaires-Sud fermait la marche, accompagnés d'un (1) drapeau FO et d'un cortège Insoumis. 

La manif s'est immédiatement suivie d'une Assemblée Générale du Front Social aux prises de parole très diversifiées. Pour résumer, nous avons entendu une intervention anti-vaccins, une condamnation de la CFDT et de FO, , mais aussi des interventions plus politisées sur la nécessaire unité dans la rue sans forcément de compromissions programmatiques ou de Parti commun.

Nous tirons tout de même le constat de la sensible baisse de la mobilisation par rapport au 12, et nous y voyons plusieurs raisons:

Tout d'abord le planning organisé par les directions syndicales, de journée d'action isolée en journée d'action isolée, pèse trop peu sur le fonctionnement des entreprises pour être efficace. Les patrons et Macron le savent et laissent le mouvement s'essoufler; les travailleurs-euses le sentent aussi et hésitent à se mobiliser.

Ensuite l'annonce de la grève du 10 octobre initialement prévue pour la fonction publique a eu pour effet de diviser les manifestant.e.s potentielles entre ces deux dates.

Enfin la présence d'une autre manifestation le 23 organisée par la France Insoumise a sans doute orienté les gen.te.s peu politisées ou partisan.e.s de la FI sur la mobilisation du samedi qui fut, elle, plus réussie.

Il  nous semble évident que la contestation sociale doit se faire sur une unité de la gauche sur des mots d'ordre précis, sans accords programmatiques.

Au minimum:
Retrait de la Loi Travail XXL,
Retrait du PLJ Terrorisme,
Rétablissement des APL.

Le Front Social nous semble plus que jamais être un outil pertinent et adapté à la lutte que nous devons mener aujourd'hui.

Il est urgent d'obtenir ensemble une victoire par la lutte contre Macron et ses ami.e.s, afin d'enrayer la machine de destruction des acquis sociaux mise en oeuvre à un stade encore plus agressif depuis les dernières élections.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

France

Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre Macron: un point d’appui pour amplifier la mobilisation

La manifestation du 5 mai à Paris est un succès : il y avait plus de monde que le premier mai. La France insoumise annonce 160 000 manifestants, la police 40 000, et les médias capitalistes 38 900. On notera que ces chiens de garde annoncent des chiffres encore plus bas que ceux de la police, et ils s'abritent pour cela derrière l'expertise d'une officine « indépendante » qui prétend compter à l'unité près les manifestant.e.s.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

SNCF

L’AG inter-gares de Paris : un pas en avant dans le débordement du cadre de l’intersyndicale, un pas en avant dans la construction d’une grève victorieuse…

À Paris-Saint-Lazare (PSL), la journée des cheminot·e·s les plus mobilisé·e·s commence très tôt ce lundi 23 avril, comme tous les jours de grève du calendrier de « la perlée ». Dès 6h du matin, les grévistes se retrouvent pour tenir le piquet de grève avec l’objectif d’entraîner dans le mouvement celles et ceux qui ne l’ont pas encore rejoint. Contrairement à la grève de 2014 et à celle de 2016, ils/elles ne rencontrent aucun·e collègue pour défendre la réforme du gouvernement. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

France

22 mars 2018: l’espoir d’un grand mouvement pour balayer la politique de Macron est né !

Le printemps arrive. Cette journée de manifestations n'a pas été énorme, loin s'en faut, mais elle a été plus importante que les journées de l'automne. A Paris, il y avait deux fois plus de manifestants que le 12 septembre ou le 10 octobre dernier. En régions, tous nos camarades indiquent qu'il y avait plus de monde qu'aux manifs de l'automne. La préfecture annonce 323 000 manifestants. Le pouvoir craint que ce 22 mars soit le début d'un grand mouvement d'ensemble qui le mette en échec. Car la convergence des luttes (cheminots, fonctionnaires, étudiants...) menace le gouvernement.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook