[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Retour sur le congrès du NPA : Lamentable front des dirigeant-e-s de plateformes... contre la rotation des mandats au CPN

Par Plateforme T ( 1 mars 2018)
Tweeter Facebook

Le congrès de 2013 avait voté le principe de la rotation des mandats et décidé de limiter leur nombre à 4. Il s’agissait d’une modification statutaire. Pour nous, vu que les statuts du parti disent que personne ne peut faire plus de 4 mandats au CPN, les camarades élu-e-s depuis 2009 ne devaient pas se représenter.

Certain-e-s (à commencer par les concerné-e-s...) nous ont répondu que cette décision, prise en 2013, ne pouvait pas avoir d’application rétroactive. Pourtant, cela n’a rien à voir avec la « rétroactivité » juridique : il ne s’agit pas d’appliquer une loi pour des actes commis avant son adoption ! Mais c’est un principe politique visant à empêcher que, au-delà des questions de programme et d’orientation, certain-e-s ne se bureaucratisent ou ne développent une mentalité de petit-e-s chef-fe-s, et à permettre qu’un maximum de camarades se forment aux tâches de direction.

Du reste, depuis quelques années, les États bourgeois eux-mêmes, tenant compte un minimum de l’exigence démocratique, votent des lois pour interdire le cumul des mandats et limiter leur durée ; or elles sont évidemment d’application immédiate ! C’est ainsi que Sarkozy a changé la Constitution pour limiter à 2 les mandats présidentiels... bien sûr en comptant celui qu’il était en train d’accomplir ! Et Macron envisage la même chose pour les député-e-s. N’est-il pas curieux que des « révolutionnaires » aient, sur ce point, une conception de la démocratie moins exigeante que la bourgeoisie ?

Toutefois, prenant acte du désaccord d’interprétation sur le vote de 2013, nous l’avions formulé comme tel dans notre motion afin que les AG puissent trancher : c’était la solution la plus démocratique. De plus, tenant compte aussi de l’argument selon lequel, si l’on comptait à partir de 2009, cela conduirait sans préparation à un trop grand renouvellement du CPN, nous avions ajouté la possibilité d’un compromis en soumettant aussi la date de 2011.

Or il y a eu un incroyable front des dirigeant-e-s des autres plateformes (sauf la Y, qui soutient la même position que nous). Ils/elles ont refusé que le PV officiel des AG prévoie un vote sur les trois dates proposées par notre motion, ce qui a semé la confusion. Mais surtout, au lieu d’assumer le désaccord d’interprétation, un dirigeant de la pfU a osé opposer à notre motion une autre, imposée de force comme « contradictoire », qui reposait sur un mensonge pur et simple : elle prétendait qu’il aurait « été voté en 2013 que les modifications statutaires s’appliquaient à partir de 2013 »... Or le congrès de 2013 n’a nullement voté cela ! (Cf. le PV dans la revue Tout est à nous, supplt au n° 40, fév. 2013, p. 23.)

À la tribune du congrès, après q'un camarade de la pfT eut fait ce rappel, ce dirigeant de la pfU a dû reconnaître que cela n’avait en effet pas été voté... mais a prétendu que cela avait été indiqué oralement ! Incroyable déni de démocratie : comment peut-on mettre sur le même plan un vote de congrès et l’invérifiable parole de telles ou telles personnes – sans doute déjà en désaccord avec ce vote ?

Si les AG ont été abusées par la motion mensongère, nous regrettons que l’aveu de ce mensonge n’ait pas suffi à faire changer d’avis la majorité des délégué-e-s. On peut comprendre cependant que, découvrant cela en plein congrès, ils/elles aient eu du mal à en réaliser la gravité avant le vote qui a eu lieu dans la foulée, et aient préféré ne pas voter de façon contraire à leur AG.

En revanche, l’intervention d'un dirigeant de la pfV est un scandale : non seulement il s’est livré à une attaque personnelle contre un de nos camarades, mais surtout il a osé appeler le congrès à voter contre notre motion... par refus de la rotation des mandats ! Autrement dit, au lieu de se contenter de plaider pour un décompte à partir de 2013 – ce qui l’aurait forcé à argumenter... –, il a appelé le congrès à s’opposer au principe même de cette disposition statutaire ! Il n’a d’ailleurs pas eu peur du ridicule en disant que les dirigeant-e-s du CPN devaient rester à leur poste pour être aussi stables que l’État bourgeois, qui ne repose pas tant sur ses élu-e-s que sur... la police, l’armée et la justice !

Comme en 2013, les dirigeant-e-s des pf U, V et W ont su mettre soudain de côté leurs divergences politiques pour se retrouver au moins sur un point : assurer leur poste au CPN le plus longtemps possible ! (Quant à la pfZ, elle s’est courageusement abstenue ou NPPV.)

Précisons que beaucoup de ces mêmes dirigeant-e-s étaient naguère – voire jadis ! – à la direction de la LCR (ou de LO) et en sont donc à un nombre de mandats qui ferait rougir pas mal de député-e-s bourgeois-e-s.

De là à penser a minima qu’il y a un lien entre l’attachement de ces camarades à leur petit « pouvoir » et l’incapacité de mener de vraies discussions démocratiques pour avancer ensemble, il n’y qu’un pas... Camarades, franchissez-le avec nous !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

NPA

Retour sur le congrès du NPA - Échec de la pfU, débâcle de l’ex-pfA : la crise continuera

Les dirigeant-e-s pf U ont fait de la politique en s’adressant à tout le congrès avec un projet de déclaration. C’était juste de leur point de vue : un congrès doit permettre aux délégué-e-s de travailler à des synthèses au-delà des plateformes. Mais les désaccords sont trop importants et, de fait, ce texte n’était amendable par aucune des autres pf, à moins de laisser les axes principaux dans l’ambiguïté.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

Un congrès pour rien : la crise de direction du parti s’approfondit

Aucune déclaration majoritaire n’a été adoptée par le congrès. Le congrès a donc confirmé la mise en minorité de la majorité sortante, mais la « gauche » du parti a montré un spectacle déplorable. La pf W a indiqué dès le début du congrès qu’elle refusait de discuter d’une déclaration de congrès alternative à la U. Elle a produit un texte sans aucun contenu politique disant juste que le NPA devait s’investir dans les luttes. La pf V s’est appuyée sur ce refus pour renoncer à son tour. Nous avons néanmoins cherché jusqu’au bout à rassembler le plus largement possible contre la politique de majorité sortante, avec une déclaration finalement commune aux pf T, Y, et Z.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

NPA : Pour une réorientation majoritaire du parti dès ce congrès

Pour notre plateforme, le résultat est modeste (5,3%). Nous subissons la crise chronique du parti car des dizaines de camarades qui avaient voté pour nos propositions au précédent congrès l’ont quitté depuis : tout en continuant de partager nos positions et de les défendre dans les luttes, ils/elles ne croient plus à la possibilité de refonder le NPA. Et pourtant, nous avons réussi à gagner de nombreux/ses autres camarades à nos propositions . Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook