[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

SNJ des 28-29 septembre : La plateforme B pour un secteur jeune au profil révolutionnaire et à l’initiative dans les luttes

Par Jeunes de la TC ( 3 octobre 2013)
Tweeter Facebook

Explication de vote de la Tendance CLAIRE

Le courant qui s’est regroupé sur la plate-forme A se réclame de la politique de la direction du NPA (“ex” position X), qui selon nous est largement responsable de l’affaiblissement du parti. A l’heure où cette direction “décomplexe” sa ligne du “bloc social et politique” avec le Front de gauche, nous pensons plus que jamais qu’il faut mettre en minorité son orientation.

La constitution du courant Y va dans ce sens, et c’est pour cela que nous avons demandé à y participer. C’est pour cela aussi que dans le secteur jeune, nous avons pris le parti de discuter sur la base du texte des camarades Y, en y proposant des amendements. Pour nous cette démarche a été très utile, car elle a permis d’améliorer substantiellement le texte, mais aussi d’avoir les discussions de fond qui vont avec, et que nous avions trop peu eu l’occasion de mener jusqu’à présent.

Il reste des désaccords sur le fait de militer dans l’UNEF, selon nous trop bureaucratisée et trop peu massive, plutôt que de construire avec Solidaires étudiant-e-s un syndicat de lutte alternatif, ou encore sur la façon d’articuler les luttes et le programme, notamment sur la place de la propagande et la mise en avant de l’objectif du pouvoir des travailleur/ses. La conscience peut faire des bonds dans les luttes, cela fait largement accord et fonde la démarche volontariste et constructive de la plateforme B. Mais cela ne veut pas dire que la prise d’initiatives pour mobiliser soit suffisante, car ce n’est pas mécanique. Si nous ne réussissons pas à déborder les bureaucrates, l’enchaînement des défaites peut laisser une gueule de bois à notre camp social. Si nous n’arrivons pas à convaincre la jeunesse radicalisée de notre stratégie révolutionnaire, elle ne va pas s’organiser chez nous mais rester dispersée entre Mélenchon et des impasses gauchistes. Il y a donc encore des débats en perspective, et la Tendance CLAIRE continuera à les mener fraternellement.

Mais nous avons estimé que le texte issu de la discussion avec les camarades Y marquait un pas en avant important dans le rapprochement de nos positions et que c’était la base pour intégrer la majorité actuelle du secteur jeune. Du reste, il est normal que, dans une même plateforme, il y ait plusieurs sensibilités — et il y en a aussi parmi les camarades Y. De ce point de vue, nous regrettons la démarche des camarades du CCR, qui n’a pas permis leur participation à cette plateforme commune. Maintenant, c’est surtout par une pratique et une intervention communes, par le renforcement de relations de confiance, qu’il sera possible de construire un secteur jeune au profil clairement révolutionnaire et aux initiatives audacieuses.

Le week-end du SNJ a été si chargé qu’il n’a pas vraiment permis la discussion en plénier avec les camarades défendant la A. C’est dommage, car cela a empêché une partie des débats de fond. D’autant plus que ces débats ne se seraient sans doute pas posés exactement de la même façon qu’avec le reste de la PX. Mais les AG et la CNJ elle-même seront d’autres occasions.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Ecologie

Les jeunes, plus chauds que le climat: Échos de l’AG inter-facs de Jussieu

La COP 24 a donné à voir, jusque dans les médias dominants, la légitime révolte de la jeunesse mondiale face à la crise écologique – révolte incarnée notamment par la lycéenne Greta Thunberg. En France, les organisations d’écologie radicale connaissent un afflux de jeunes travailleurEs, d’étudiantEs et de lycéenEs. Cet afflux fait suite à l’expérience des « Marches pour le climat », qui ont attiré des dizaines de milliers de personnes, notamment des jeunes, conduisant nombre d’entre eux à ressentir le besoin d’une critique radicale du capitalisme.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Education

"L’école de la confiance" selon Blanquer : une école de la soumission

Ce lundi 11 février a débuté l’examen à l’Assemblée de la loi Blanquer « sur l’école de la confiance ». Très critiquée pour son article 1, c’est en réalité la loi dans son entier qui représente une attaque frontale contre l’éducation, avec au menu : mise au pas des enseignant-es, suppression de l’évaluation indépendante de l’école, mise en place d’une école du socle, réforme territoriale, refonte de la formation des enseignant-es… 

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook