[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Proposition de motion sur le Moyen-Orient

    En 2011, un grand mouvement populaire s'est dressé contre le régime dictatorial d'Assad. Très vite, la situation s'est malheureusement transformée en conflit armé entre le régime et un ensemble de milices dominées par les courants islamistes ou/et pro-impérialistes. Ces milices (ASL compris) ont attaqué les milices kurdes syriennes du PYD, branche syrienne du PKK. Elles n'ont rien de progressistes. Aujourd'hui, ce serait se fourvoyer que de soutenir le conglomérat de milices (front islamique, front révolutionnaire syrien, ce qu'il reste de l'ASL) qui combattent à la fois le régime et l’État islamique (avec lequel elles ont été longtemps alliées) et de les considérer comme le bras armée de la « révolution ».

    Dans le silence des médias occidentaux qui braquaient leurs projecteurs vers leurs « révolutionnaires » préférés (ceux qui portaient les intérêts impérialistes dans la région), un mouvement indépendant des impérialistes a émergé au Kurdistan syrien (Rojava). Malgré des traits autoritaires hérités de sa filiation stalinienne, le PYD est une des rares forces progressistes de masse de la région. Le PYD a notamment mis en place un système d'assemblées locales, permis des avancées notables pour les femmes, développé les services publics, la culture, autant de réalisations, qui, malgré leurs limites, constituent un îlot progressiste au sein de la région.

    Au cours de l'été 2014, le PDK, qui dirige le Kurdistan irakien, a livré les populations kurdes aux barbares de l’État islamique. Sans aucun soutien impérialiste, le PKK et les YPG (branche armée du PYD) se sont portés au secours des populations kurdes, et ont pu sauver des milliers de kurdes des massacres. Ils ont armé les populations et voient leur influence grandir au Kurdistan irakien.

    Il ne s'agit pas de demander à notre gouvernement d'envoyer des armes à « toutes les forces qui combattent le confessionnalisme » en Irak. En effet, les impérialistes ne cherchent qu'à défendre leurs intérêts et nous devons combattre toute la propagande faussement humaniste qui accompagne les expéditions impérialistes. En Syrie, les impérialistes occidentaux et leurs alliés ont fourni des armes à des milices réactionnaires, qui les ont notamment utilisé contre les kurdes syriens. En Irak, ils fournissent des armes à leurs laquais (gouvernement, PDK, etc.), dont la politique a grandement contribué à l'assise populaire de l’État islamique parmi les sunnites, et qui n'hésiteront pas à les utiliser contre le PKK. Les impérialistes ne cherchent qu'à défendre leurs intérêts et nous devons combattre toute la propagande faussement humaniste qui accompagne les expéditions impérialistes.

    Nous mettons en avant les mots d'ordre suivant :

    Solidarité concrète avec le PKK et le PYD : le mouvement ouvrier doit leur apporter une aide matérielle !

    Pour le droit à l’auto-détermination du peuple Kurde !

    Stop à la répression en France des sympathisants du PKK !

    Contre toute forme d'intervention de notre impérialisme (intervention directe, livraison d'armes, etc.) !

    Contre les bombardements américains en Irak !

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    International

    La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

    En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Union européenne

    L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

    Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Débats

    Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

    The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook