[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Motion sur les élections départementales

Par (17 mars 2015)
Tweeter Facebook

 Motion défendue par la P3 et la P5, minoritaire au CPN

Ces élections se déroulent dans un contexte d'attaques redoublées de la part du gouvernement Hollande-Valls contre les salariés, les privés d'emplois, la jeunesse et les retraités. Passage en force avec le 49.3 pour la loi Macron, qui va considérablement aggraver les conditions de travail de l'ensemble des salariés, austérité aggravée pour les budgets des services publics et la Sécu, renforcement des lois liberticides au nom de « l'union nationale ».... la liste serait trop longue s'il fallait dénoncer tout ce qu'entreprend ce gouvernement pour servir toujours mieux les intérêts des patrons et des riches.

Le Parti socialiste, et tous ses alliés, nationaux et locaux ne peuvent absolument plus représenter aujourd'hui un quelconque espoir de changement pour les classes populaires. Quant à l'ensemble des partis de droite, notamment l'UMP et l'UDI, ils ne rêvent que d'une chose, revenir au pouvoir, d'abord dans le département, puis dans l'ensemble du pays, pour appliquer la même politique antisociale qu'avait menée Sarkozy jusqu'en 2012. Beaucoup d'électeurs des classes populaires feront le choix de s'abstenir. Mais il est profondément inquiétant de voir le rejet du gouvernement et de toutes les politiques d'austérité par de larges couches de la population capté électoralement par le Front National de Marine Le Pen. Le FN se présente quasiment dans tous les cantons du pays.

Pour le NPA, aucune voix ne doit se porter sur ce parti, ni au premier ni au second tour. Il est le pire ennemi des travailleurs et de la jeunesse. Le vote Front National est un piège : le piège de la division selon la couleur de peau, l'origine ou la religion. Le FN au pouvoir verrait un recul sans précédent de nos libertés, de nos avantages sociaux. Il ne remettra aucunement en cause le pouvoir des banques et des patrons, il détournera la colère de la population vers des boucs émissaires. Pourtant, et c'est le sens du combat du NPA, c'est seulement s'ils sont unis que les travailleurs peuvent faire payer la crise à ses responsables, les grandes banques et les actionnaires du CAC 40.

Outre, ses candidats, le NPA appelle à voter pour les rares candidats anticapitalistes qui se présentent lors de ces élections, notamment les candidats de LO dans les 16 cantons où LO sera présente. Concernant le second tour, nous n'appellerons pas à voter pour les candidats du PS et de la majorité présidentielle en cas de duel avec un candidat du FN.

Pour le NPA, ces élections ne seront en aucun cas un point d'appui pour l'ensemble des classes populaires dans leur aspiration à en finir avec le chômage, la précarité et les injustices sociales. Dès maintenant il faut reprendre le chemin des luttes et des manifestations. La journée de grève et de mobilisation interprofessionnelle du 9 avril, appelée par plusieurs organisations syndicales, pour le retrait de la loi Macron sera une première étape dans ce sens.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

NPA

À quoi sert la campagne Poutou ?

Suite à la conférence nationale du NPA, Philippe a tenu une conférence de presse (avec Cathy) et fait un entretien avec Le Média. Ce que nous craignions se confirme : cette campagne ne porte pas un projet crédible et désirable, alternatif à celui des réformistes. La direction revendique de porter des perspectives de trois ordres au cours de cette campagne : « lutter », « prendre nos affaires en main », et « rassembler, nous organiser ». De belles intentions, qu’il ne suffit pas de proclamer pour qu’elles se réalisent : il faut pour cela que nous soyons porteurs/ses d’une alternative politique et que nous sachions convaincre sur l’intérêt spécifique de notre campagne. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

France

Sur les élections régionales

L’abstention a atteint des proportions telles que l’analyse des résultats n’a en réalité pas beaucoup de sens. Deux tiers des inscrits n’ont pas voté au premier comme au second tour. Cette abstention a été particulièrement massive chez les jeunes et dans les catégories populaires, et elle a touché davantage l’électorat de Le Pen et de Mélenchon de 2017. Rejet des politiciens, indifférence pour les élections intermédiaires, invisibilité de la campagne électorale (avec le matériel électoral qui n’est même pas parvenu à plusieurs millions de Français), les raisons s’additionnent pour ne pas voter.
 

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook