[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Une vie sacrifiée aux intérêts du marché : Orange doit payer !

Par Ange Faraldo (10 juin 2015)
Tweeter Facebook

Jean-Claude Lachaux ne devait pas perdre sa vie à la gagner. Ce sont les mots écrits sur la banderole à l'entrée du Tribunal de Grande Instance d'Aix-en-Provence le 27 mai dernier. Ce technicien est décédé le 23 décembre 2011 après une chute survenue au cours d'une intervention le 2 décembre à Peyrolles. Un mort du travail de plus, un mort du travail de trop.

Jean-Claude Lachaux a été une victime de la rapacité financière voulue par France Telecom – Orange. En effet, sa chute s'est produite alors qu'il utilisait, sous la pression de son chef, une échelle dite « plateforme d'accès en hauteur » dont la sécurité n'est pas assurée et a été dénoncée à plusieurs reprises par l'inspection du travail en 2009 et 2010. De plus, ces mêmes échelles avaient entrainé des accidents graves dans le Var et dans l'Isère.

En théorie, les techniciens en opération doivent utiliser des camions-nacelles, mais au nom des économies, France Telecom-Orange avait fait installer ces dites échelles et limiter l'usage des nacelles. Le groupe pensait ainsi gagner près de 3,6 millions d'économies par mois sur la masse salariale grâce à l'introduction de cet équipement, manœuvrable par un seul technicien.

Le 27 mai dernier, Orange était assigné par la famille de la victime, par Sud-PTT et la CGT pour répondre « d'homicide involontaire » et de « non-respect des dispositions en matière de santé et de sécurité ». Les deux organisations syndicales avaient par ailleurs appelé à un rassemblement le jour même à partir de 13 heures au tribunal d'Aix-en-Provence, pour dire plus jamais ça, pour refuser de voir la sécurité être sacrifiée au profit des actionnaires toujours plus avides de dividendes.

Cette mobilisation a été une réussite avec près d'une centaine de salariés du groupe, de syndiqués, de sympathisants qui se sont réunis. Malheureusement, en l'absence du directeur d'unité d'Orange, qui avait prétexté au dernier moment une réunion (qu'on soupçonne être l'assemblée générale des actionnaires qui se déroulait le même jour) pour justifier son absence, le jugement a été renvoyé au 9 décembre.

La politique du groupe France Telecom – Orange est très simple : jouer la montre pour que les plaignants se fatiguent et abandonnent l'affaire. Mais ça ne marchera pas ! Ils sont plus que jamais déterminés à obtenir la justice ; et le 9 décembre, nous reviendrons au tribunal encore plus nombreux au coté de la famille de Jean-Claude Lachaux !

Que justice soit faite !

Que les responsables soient condamnés !

Que Orange paye !

Ne perdons plus notre vie à la gagner !

Assez des économies au détriment de la sécurité des salariés !

Plus d'information disponible sur http://www.facebook.com/jeanclaudelachaux (page tenue par la famille)

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

NPA

À quoi sert la campagne Poutou ?

Suite à la conférence nationale du NPA, Philippe a tenu une conférence de presse (avec Cathy) et fait un entretien avec Le Média. Ce que nous craignions se confirme : cette campagne ne porte pas un projet crédible et désirable, alternatif à celui des réformistes. La direction revendique de porter des perspectives de trois ordres au cours de cette campagne : « lutter », « prendre nos affaires en main », et « rassembler, nous organiser ». De belles intentions, qu’il ne suffit pas de proclamer pour qu’elles se réalisent : il faut pour cela que nous soyons porteurs/ses d’une alternative politique et que nous sachions convaincre sur l’intérêt spécifique de notre campagne. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

France

Sur les élections régionales

L’abstention a atteint des proportions telles que l’analyse des résultats n’a en réalité pas beaucoup de sens. Deux tiers des inscrits n’ont pas voté au premier comme au second tour. Cette abstention a été particulièrement massive chez les jeunes et dans les catégories populaires, et elle a touché davantage l’électorat de Le Pen et de Mélenchon de 2017. Rejet des politiciens, indifférence pour les élections intermédiaires, invisibilité de la campagne électorale (avec le matériel électoral qui n’est même pas parvenu à plusieurs millions de Français), les raisons s’additionnent pour ne pas voter.
 

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook