[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Edito: Combattre l’accord Merkel/Hollande/Tsipras !

Par (14 juillet 2015)
Tweeter Facebook

Proposition d'édito pour le journal du NPA

Combattre l'accord Merkel/Hollande/Tsipras !

Une semaine après la victoire du NON au référendum, Tsipras a capitulé devant la Troïka. Il accepte un accord bien pire que celui qui a été rejeté par le peuple grec. En s'enfermant dans une logique de négociation et en excluant toute rupture avec la Troïka, il s'est condamné à accepter un accord ignoble. On sait désormais que Varoufakis avait proposé de prendre des mesures unilatérales, notamment en réquisitionnant la banque centrale grecque. Il a été viré pour cela : pas question de contester les décisions de la Troïka ! Le bilan de six mois de négociations est terrible : les mesures d'austérité sont aggravées et la Grèce est placée sous tutelle. Aucune mesure importante ne pourra être prise sans l'aval des « institutions » et un fond sous supervision européenne sera chargé de liquider les actifs publics grecs.

La capitulation soulève l'indignation de nombreux Grecs. L'enjeu sera de vaincre la résignation et de construire un tous ensemble pour empêcher l'application de cet accord. Tsipras n'a pas de mandat populaire pour devenir le gouverneur de la Troïka en Grèce. Il n'a pas de mandat non plus pour s'appuyer sur les saigneurs de la Grèce (Pasok, Nouvelle Démocratie...) pour imposer une thérapie de choc.

Nous sommes totalement solidaires des travailleurs grecs qui se mobilisent contre cet accord dans des conditions très difficiles. Et nous tirons une leçon de ces six premiers mois du gouvernement Tsipras : la rupture avec l'austérité est impossible sans rupture avec le capitalisme et ses institutions (nationales et européennes). En finir avec l'austérité exige de rompre avec la Troïka, d'annuler la dette publique, de nationaliser les banques et les secteurs clé de l'économie. Cela passe par le contrôle des travailleurs sur les moyens de production, sur le commerce extérieur, sur la monnaie. Il faut mettre les capitalistes hors d'état de nuire et compter sur nos propres mobilisations pour vaincre tous les obstacles que les capitalistes dresseront pour garder leur main-mise sur nos vies.

Elu-e-s P3 et P5 du comité exécutif du NPA

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Débats

Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook