[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Edito sur la situation : L’accord de la honte

Par (14 juillet 2015)
Tweeter Facebook

Edito sur la situation : L’accord de la honte

Il y a quelques heures, le gouvernement Tsipras vient d'accepter les propositions préparées par les gouvernements français et allemand. Un troisième accord « d'aide » va être signé entre la Grèce et l'Union Européenne.

Cet accord est une attaque énorme contre les travailleurs et le peuple grecs, un programme d’austérité et de privatisations, encore plus grave que les précédents. Les retraites et les préretraites vont être diminuées d'une façon drastique, les services et les dépenses publics vont être amputés, les lois sociales seront abrogées, la TVA et les prix de produits de première nécessité vont augmenter. Des privatisations pour 50 milliards d'euros sont décidées, avec comme destination les banques et le paiement de la dette.

La Grèce va payer ses dettes, de façon à garantir de nouvelles possibilités d’endettement. Le cycle austérité-endettement n’est donc pas prêt de finir. Il s’agit d’un saut qualitatif dans les privatisations, puisque sous les gouvernements sociaux-démocrates et conservateurs, Athènes n’avait privatisé ces dernières années que pour 5 milliards d’euros. La seule concession qui a pu être obtenue par Tsipras c’est le fait que ce fonds de privatisation n’aura pas son siège au Luxembourg, comme voulait au départ l’Eurogroupe, mais en Grèce. Il n’en reste pas moins qu’il sera sous le strict contrôle de la Troïka.

En définitive, c'est la misère pour la population et la classe ouvrière et la mise sous tutelle de la Grèce. L'accord concerne aussi les travailleurs de France et pas seulement parce qu’ Hollande est un de ses initiateurs. C'est aussi une victoire du gouvernement contre la classe ouvrière et la jeunesse ici et de toute l'Europe. La crise capitaliste est payée par les travailleurs, les jeunes, les chômeurs, les retraités. Hollande et les patrons sont aujourd'hui plus forts pour appliquer leur politique d’austérité et de misère.

C'est une trahison du mandat que le gouvernement Tsipras avait reçu dans le referendum du 5 juillet, quand les 2/3 de la population ont voté contre les programmes d’austérité de l'Union européenne. Un gouvernement qui se dit de gauche, qui est arrivé au pouvoir avec la promesse d’en finir avec l’austérité, et qui est aujourd'hui le garant du plan des capitalistes et des gouvernements européens. Le gouvernement de Tsipras joue avec la démoralisation du peuple grec et conduit à sa défaite.

C'est une triste réalité qui demande de la réflexion et de la détermination. En Grèce, des organisations (y compris à l’intérieur de Syriza, le parti de Tsipras), des militants, des syndicats, des comités, se mobilisent contre l'accord. Aujourd'hui, la solidarité avec le peuple grec passe par le soutien avec celles et ceux qui se mobilisent dans la rue et jusqu’au Parlement contre la signature de l'accord, contre les privatisations, pour la nationalisation des banques et des entreprises stratégiques, pour la santé et l'éducation, pour la réquisition de la banque centrale et le contrôle des travailleurs sur la monnaie et les échanges extérieurs.

Il s'agit de rompre avec le FMI, la troïka et les programmes et institutions capitalistes

En France, la première nécessité est de manifester contre la signature de l’accord Tsipras-Union européenne, pour l’annulation immédiate et sans condition de la dette et en solidarité avec celles et ceux qui s’apprêtent à se mobiliser pour rejeter cette nouvelle escalade de misère pour les travailleurs et la jeunesse de Grèce.

Mais il nous faut également organiser la riposte contre le gouvernement Hollande qui n’a qu’un seul objectif : faire avaler la couleuvre de l’austérité aux salariés en France pendant qu’il continue d’engraisser les patrons.

En Grèce comme ailleurs, il faut mettre les capitalistes hors d’état de nuire!

Elu-e-s P3 et P5 du comité exécutif du NPA

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Débats

Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook