[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Violences policières nocturnes à Calais !

Par Marc Rajman ( 6 novembre 2015)
Tweeter Facebook

Dans la nuit du 2 novembre les réfugiés ont pu assister a une scène de violence policière d'une étonnante brutalité. En effet c'est aux alentours de 21h que tout a débuté, les réfugiés ont été violemment attaqués par les CRS pour des raisons encore inconnues. Il s'agit d'ailleurs sans doute d'une opération coup de poing parmi tant d'autres. Rappelons d'ailleurs qu'il y a quelques mois la police des polices avait ouvert une enquête concernant les agissement de policiers à moto qui contraignaient les réfugiés à sauter par dessus les rambardes de l'autoroute en mimant de leurs foncer dessus a pleine vitesse. Ce genre de pratiques violentes sont d'ailleurs régulièrement rapportées par les réfugiés eux mêmes mais ne sont pas relatés par les médias locaux qui préfèrent généralement interviewer Marine le Pen dans un soucis de vente et de profit ! En effet la démagogie payera toujours plus que la réalité des faits ! Ainsi à 21 h l'attaque a débuté par de violents tirs de grenade lacrymogène en direction du camp. S'en suit alors une riposte de la part de quelques réfugiés tandis que les autres, plutôt habitués à ce genre de scène, tentent simplement de se reposer… Mais le vice ne s’arrête pas là puisque c'est plus de 20 grenades lacrymogènes qui seront projetées sur le camps… Plusieurs d’entre elles ont d'ailleurs atterri dans la zone où dorment une partie de la communauté érythréenne (voir la vidéo vers 00:30), gazant ainsi des hommes des femmes et des enfants en plein sommeil. La police finira par bloquer l'entrée principale de la Jungle (surnom donné au camp de réfugiés de Calais) aux alentours de 12h45 à l'aide d'environ 25 hommes.

Non cette scène n'est pas exceptionnelle a Calais. Ce genre de scène se reproduit régulièrement, de même que les multiples rafles, arrestations arbitraires et autres abus de pouvoir de la part des forces de police calaisiennes. Au quotidien les migrants et migrantes sont durement réprimés et victimes de violences policières en tout genre. Les militant-e-s et/ou simples citoyens solidaires vis a vis des migrants le sont d'ailleurs également !

Ci-dessous vous trouverez la vidéo qui a pu être prise par une personne se trouvant sur le camp au moment des faits (militants No Borders ou réfugiés - je n'ai pas pu savoir précisément qui avait filmé). On y voit clairement l’extrême violence dont vont faire preuve les forces de police au coeur de ce qui est véritablement une prise d'assaut. Aussi il est important de comprendre que ces violences ont duré plusieurs heures. La vidéo commence aux alentours de 23h, les forces de l'ordre ont commencé leurs opérations vers 21h ! Si vous observez la vidéo aux alentours de 00:30 vous pouvez voir que les grenades tirées par la police atterrissent sur le lieu de repos d'une partie de la communauté érythréenne !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Education

Grande réunion le 23 novembre contre "Bienvenue en France" à l’ENS Paris

Ce vendredi 23 novembre avait lieu à l’ENS de Paris une grande réunion contre la hausse des frais de scolarité pour les étudiant-e-s étrangèr-e-s (hors-UE). La réunion était organisée par des étudiant-e-s étrangèr-e-s de l’ENS suite à l’annonce faite par Édouard Philippe le 19 novembre de son plan intitulé, comble d’hypocrisie, « Bienvenue en France ». Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Racisme

Macron dit ce qu’il pense sur les migrant-e-s, les grands médias font la sourde oreille

Le mardi 6 novembre, Emmanuel Macron était en déplacement à Douaumont (Meuse), pour rencontrer des anciens combattants dans le cadre des commémorations officielles de la boucherie de Verdun. À son insu, il a été enregistré alors qu’il révélait sa véritable pensée sur les migrant-e-s. Ce volet de la commémoration, un des moins hypocrites sans doute, est passé presque inaperçu dans les grands médias. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook