[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Contre-offensive kurde à Kobane, Ankara bombarde des positions du PKK

    international Irak Syrie Turquie

    Brève publiée le 14 octobre 2014

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/10/14/contre-offensive-kurde-a-kobane-ankara-bombarde-des-positions-du-pkk/

    La bataille fait rage à Kobane, l’un des trois cantons de la région kurde, sur la frontière entre la Rojava la Syrie et la Turquie où pendant un mois, les unités de la milice de la protection des personnes, de l’unité de protection de la femme et le PKK subissent les attaques incessantes des milices islamiques État jihadiste.

    La ville a été à plusieurs reprises dite conquise, mais selon les dernières nouvelles disponibles les combattants kurdes tiendraient  environ 70 % de la ville, arrachant plusieurs quartiers aux fondamentalistes sunnites qui ont été rejoints par des renforts et de l’aide et auraient capturé le village de Til Sheir.

    Hier, certaines sources avaient parlé d’une offensive kurde – soutenue par quelques raids aériens américains – qui avaient réussi à récupérer certains quartiers de Kobane avec la chute du Centre entre les mains des djihadistes samedi et dimanche. Dans les combats des dizaines de miliciens d’Isis seraient morts, mais aussi des civils et des guérilleros kurdes demeuraient toujours dans la ville malgré l’ordre d’évacuation il y aurait de nombreuses victimes. Selon les témoignages de certaines personnes qui ont réussi à s’échapper de la ville, dans les rues de la ville, il y a des membres,  des victimes décapitées. « J’ai vu des dizaines, peut-être des centaines de corps avec leurs têtes coupées a déclaré au Journal offrepare Suruc, Amin Fajar, 38 ans, père de quatre fils, dans les villes jumelles au Kurdistan turc Kobane-d’autres ont eu leurs mains ou des jambes. J’ai vu des visages avec des yeux crevés ou des langues coupées. Je n’oublierai rien jusqu’à la fin de ma vie. Ils ont mis les têtes exposées pour nous effrayer. Mes enfants ont vu les corps décapités « . Pendant ce temps, des milliers de personnes déplacées ont réussi à atteindre les camps de réfugiés du Kurdistan irakien, en échappant aux combats. Rejoindre la frontière turque est devenu plus en plus difficile pour les réfugiés kurdes, en raison de la centaine de yards de la frontière, mais aussi de l’attitude hostile des autorités d’Ankara qui ferment les passages aux fugitifs sous la surveillance de milliers de soldats. « Les ambulances avec les blessés doivent attendre à la frontière entre 3 et 10 heures à cause des  contrôles de l’armée. Pour cette raison, hier soir, 3 personnes sont mortes « s’est plaint à un journaliste d’Il Fatto Quotidiano Fuad Akgul, un médecin bénévole à l’hôpital de Suruc. « Au cours des deux dernières semaines, poursuit le docteur – au moins 12 morts pour cette cause ». Même le personnel paramédical qui travaille sur les ambulances se plaint des actions des forces armées à Ankara: « nous devrions être capables d’aller et de récupérer les personnes touchées – explique un hôpital Porter-en villages près de Kobane, mais l’armée l’empêche ». Pendant ce temps, tous les jours dans des  enterrements bondés Suruc célébre les combattants kurdes tués dans la bataille avec l’Isis.

    Et maintenant, le gouvernement turc, qui hier avait bloqué l’administration Obama  en disant encore non pour une utilisation de base de chasse aérienne américaine d’Incirlik et niant les déclarations de hauts responsables américains – face à l’augmentation des militants islamistes de difficultés État, a décidé de lancer son aviation dans des opérations militaires contre la guérilla kurde du PKK. Hier soir, des avions militaires turcs ont bombardé plusieurs positions du parti des travailleurs du Kurdistan dans le sud-est de la Turquie, pour la première fois depuis l’annonce de la trêve par la guérilla kurde en mars 2013. Tel que rapporté par les sources proches de combattants de Ankara services sécurité turques ont ciblé certains guérilleros qui, pendant trois jours, avaient assiégé une caserne des forces turques de sécurité dans le village de Daglica.

    Après l’assassinat par la police et des extrémistes islamistes complices avec l’appareil répressif de l’État de 30 manifestants kurdes – et au-delà – qui protestaient contre la collaboration du gouvernement de l’AKP avec Isis, Ankara mène maintenant une nouvelle étape agressive contre les organisations de résistance kurde. Erdogan veut affaiblir totalement GPJ et PKK avant de commander l’invasion du Nord de la Syrie et la création d’une « zone sans mouche » qui lui permet d’évincer Assad et faire contrôler le pays voisin par l’armée syrienne libre, des marionnettes, crédité par les occidentaux comme un islam  modéré  « une opposition au gouvernement à Damas et une alternative aux fondamentalistes sunnites d’Al Baghdadi choyé avant et puis a fini dans le collimateur des fausses et douteuses » coalition est formée autour de Washington. 
    S’il accepte les diktats turcs Washington obtiendrait une aide précieuse contre Isis mais il donnerait carte blanche à la Turquie en territoire syrien, ce qui permet la création d’une « zone tampon » où Ankara amasserait au milieu de nulle part des centaines de milliers voire des millions de réfugiés syriens et kurdes. Et aussi l’octroi d’une telle possibilité, non seulement à la Turquie mais aux autres partenaires locaux de la « coalition des volontaires », en particulier la petromonarchie du Golfe qui revendiquent leur part dans la partition d’une éventuelle Syrie post-Assad .