[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grèce: "Tu es venue à la manif ? Tu vas mourir !"

    Grèce international

    Brève publiée le 21 novembre 2014

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.okeanews.fr/20141119-tu-es-venue-manif-tu-vas-mourir

    Le témoignage d’une femme de 38 ans qui était présente lors de la manifestation anniversaire des événements de Polytechnique et qui dénonce les forces de l’ordre pour leur attitude provocatrice durant toute la durée du défilé.

    "Les gaz lacrymo on les a "mangé" ensemble". Psyri, Athènes Octobre 2014

    "Les gaz lacrymo on les a "mangé" ensemble". Psyri, Athènes Octobre 2014

    Dès le début de la manifestation, sur la place Klafthmonos, les forces de l'ordre se trouvaient de part et d'autre du cortège et nous provoquaient. Spécialement lorsqu'ils entendaient des slogans en soutien à Pavlos Fyssas (rapeur antifasciste assassiné par des néo-nazis d'Aube Dorée le 18/09/2013) et à Alexis Grigoropoulou (l'adolescent de 15 ans dont le meurtre par un policier le 06/12/2008 a déclenché de nombreux rassemblements à l'encontre du gouvernement) ils nous insultaient et nous provoquaient en proférant des obscénités envers tous, mais surtout envers les femmes, et de manière sexiste”, déclare cette mère de 38 ans dans son accusation.

    A propos du comportement des policiers au moment des incidents à la hauteur de l'hôtel Hilton, elle dénonce les forces de l'ordre:

    Soudainement, au niveau du Hilton, j'ai entendu des voix et perçu de la tension à l'avant, et juste après les pétarades, les éclairs et les gaz tombaient comme la pluie. L'atmosphère était asphyxiante. J'ai demandé aux MAT (CRS) de me laisser passer afin que je puisse respirer un air plus sain, je leur ai expliqué que j'avais des problèmes respiratoires. A ce moment là une main m'attrape et me rejette en arrière sur la route. Il semblait être à la tête de la section, il ordonnait à ses hommes : 'Ne laissez passer personne!' et en se tournant vers moi, il me dit: 'Tu étais bien à la manif? Crève!' ” raconte la manifestante de 38 ans apparemment choquée.