[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grèce: Vers un accord entre Syriza et la droite souverainiste

    Grèce international

    Brève publiée le 26 janvier 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2015/01/26/vers-un-accord-de-gouvernement-entre-syriza-et-la-droite-souverainiste_4563410_3214.html

    Panos Kammenos, président du parti des Grecs indépendants (à gauche) et Alexis Tsipras (à droite), leader du parti de la gauche radicale grecque Syriza, à Athènes, le 26 janvier.

    Panos Kammenos, président du parti des Grecs indépendants (à gauche) et Alexis Tsipras (à droite), leader du parti de la gauche radicale grecque Syriza, à Athènes, le 26 janvier. | AFP/LEFTERIS PITARAKIS

    Syriza, le parti de la gauche radicale grecque qui a largement emporté les élections législatives, dimanche 25 janvier, devrait cependant manquer, à deux sièges près, la majorité absolue (151 députés). Il doit donc former un gouvernement de coalition et ce pourrait être avec l'appui du parti des Grecs indépendants, a annoncé lundi matin le chef de file de la petite formation de droite AN.EL.

    Lire : Grèce : quel est le rapport de force des partis politiques ?

    Ce dernier, Panos Kammenos, s'est entretenu dans la matinée avec le leader du parti de la gauche radicale Alexis Tsipras. « Nous allons donner un vote de confiance au nouveau premier ministre Alexis Tsipras », a-t-il précisé ajoutant : « Le premier ministre verra dans la journée le président pour sa prestation de serment et annoncera la composition du gouvernement auquel les Grecs indépendants participeront », a précisé Kammenos.

    La répartition du nombre de sièges en fonction des résultats, encore non définitif lundi matin, des élections législatives grecques.

    Avec 13 élus au Parlement, la formation de Kammenos, issu d'une scission dans les rangs de Nouvelle démocratie, le parti du premier ministre sortant Antonis Samaras, lui servira d'appoint.

    Les deux partis diffèrent sur de nombreux sujets de société mais partagent un même rejet des conditions fixées en contrepartie du plan d'aide financière accordé à la Grèce par ses partenaires européens et le Fonds monétaire international.