[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grèce: première privatisation du gouvernement Tsipras

    Grèce international

    Brève publiée le 25 avril 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.rfi.fr/economie/20150424-grece-premiere-privatisation-gouvernement-alexis-tsipras-paris-hippiques/?aef_campaign_date=2015-04-24&aef_campaign_ref=partage_aef&dlvrit=1448817&ns_campaign=reseaux_sociaux&ns_linkname=editorial&ns_mchannel=social&ns_source=twitter

    C’est la première privatisation réalisée en Grèce par le gouvernement de gauche radicale d'Alexis Tsipras, au pouvoir depuis trois mois. L’Etat a cédé pour une durée de 20 ans les droits de paris hippiques à une société privée.

    C’est un revirement pour le Premier ministre Alexis Tsipras qui, dès son élection, a qualifié de crime la privatisation de sociétés publiques. Sous la pression de ses créanciers, son gouvernement a vendu les droits des paris hippiques à une société privée gréco-tchèque. Coût de l’opération : 40,5 millions d’euros.

    À court de liquidité, la Grèce lâche du lest à ses bailleurs de fonds qui lui demandent de poursuivre les privatisations engagées par le précédent gouvernement. L’exécutif actuel a même changé de vocabulaire après avoir stoppé les privatisations, il parle dorénavant de nationalisation partielle. Le gouvernement de gauche a ainsi assuré les Européens qu’il comptait bel et bien vendre pour 1,5 milliard d’euros d’actifs d’Etat cette année.

    Par exemple, Tsipras ne prévoit plus, comme il l'avait initialement annoncé, de suspendre la vente du port du Pirée à une société chinoise. Il est en train de chercher une formule de « consortium » afin de préserver les intérêts publics. Reste à savoir quelle formule proposera le Premier ministre pour la privatisation des 14 aéroports régionaux grecs, dont la gestion a été confiée à l’opérateur allemand Fraport.