[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Grève à la Bourse de Paris

lutte-de-classe

Brève publiée le 18 juin 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

AFP 17.06.2015
Les salariés de la Bourse de Paris (Euronext) sont appelés à faire grève jeudi pour protester contre un projet de 101 suppressions de postes, « une première » pour les syndicats à l’origine du mouvement qui devrait entraîner peu de perturbations.

Dans un communiqué, les syndicats CFDT, CGT et CFE-CGC lancent mercredi un « appel à la grève et à un rassemblement des salariés jeudi 18 juin devant le Palais Brongniart », ancien siège de la Bourse de Paris (2e arrondissement), entre 12H00 et 14H00.
Le groupe boursier a présenté en avril un projet de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) prévoyant 101 suppressions de postes dans ses branches informatique (Euronext technologies) et activité Bourse (Euronext Paris), soit « un tiers des effectifs » selon les syndicats.
Or, « après deux mois de négociations ni loyales ni sincères, la direction refuse toujours de transformer le PSE en plan de départs volontaires sans départ contraint et de porter les mesures indemnitaires et d’accompagnements à la hauteur des moyens financiers du groupe », écrit l’intersyndicale.
« Le dialogue social continue avec des avancées très significatives, sur la négociation des conditions de la réorganisation et sur les conditions financières de départ des salariés, l’un des points clés pour certains représentants du personnel », a affirmé pour sa part à l’AFP la direction d’Euronext Paris.
« Nous avons également diminué le nombre de postes supprimés: sur l’ensemble du site aujourd’hui à Paris, sur les deux entités Euronext Paris et Euronext Technologies, en prenant en compte les suppressions et les créations, nous en sommes à environ 65 postes supprimés, soit 18 à 20% des postes à Paris, très loin donc des un tiers dont parlent certains syndicats », a-t-elle ajouté.
Selon elle, « nous arriverons au terme des négociations dans quelques jours ».
La grève est « une première » chez Euronext Paris, « on n’en a jamais eu », a indiqué de son côté à l’AFP Patrice Crosas (CGT).
Sylvie Larrède pour la CFDT évoque pour sa part une « très forte mobilisation » des salariés d’Euronext. Leur rassemblement jeudi place de la Bourse, à Paris, sera gonflé par des employés « d’autres sociétés de la finance qui font face à des licenciements boursiers », précise-t-elle.
Concernant l’impact de la grève, « très difficile à évaluer », la CGT reconnaît qu’il pourrait être limité. La direction a indiqué qu’elle « basculerait les flux vers Amsterdam », où des salariés ont été envoyés en renfort, selon M. Crosas.
Les syndicats rappellent dans leur communiqué qu’Euronext, détenteur du monopole sur les marchés financiers en France, a réalisé en 2014 un « chiffre d’affaires en hausse de 18,6%, soit près de quatre fois l’objectif ».
Interrogé sur les perturbations éventuelles à prévoir dans le fonctionnement de la Bourse de Paris, la direction du groupe a assuré que « la continuité de nos marchés (était) assurée » car « nous avons un plan de continuité établi avec l’accord des régulateurs ».