[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Tsipras annonce un référendum pour le 5 juillet

    Grèce international

    Brève publiée le 27 juin 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Tsipras a annoncé ce jeudi soir un référendum pour le 5 juillet sur les propositions des créanciers

    Texte de l'allocution :

    Nous avons livré un combat dans des conditions d’asphyxie financière inouïes pour aboutir à un accord viable qui mènerait à terme le mandat que nous avons reçu du peuple. Or on nous a demandé d’appliquer les politiques mémorandaires comme l’avaient fait nos prédecesseurs. Après cinq mois de négociations, nos partenaires en sont venus à nous poser un ultimatum, ce qui contrevient aux principes de l’UE et sape la relance de la société et de l’économie grecque. Ces propositions violent absolument les acquis européens. Leur but est l’humiliation de tout un peuple, et elles manifestent avant tout l’obsession du FMI pour une politique d’extrême austérité. L’objectif aujourd’hui est de mettre fin à la crise grecque de la dette publique. Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec. J’ai proposé au conseil des ministres l’organisation d’un référendum, et cette proposition a été adoptée à l’unanimité. La question qui sera posée au référendum ce dimanche prochain sera de savoir si nous acceptons ou rejetons la proposition des institutions européennes. Je demanderai une prolongation du programme de quelques jours afin que le peuple grec prenne sa décision.

    Je vous invite à prendre cette décision souverainement et avec la fierté que nous enseigne l’histoire de la Grèce. La Grèce, qui a vu naître la démocratie, doit envoyer un message de démocratie retentissant. Je m’engage à en respecter le résultat quel qu’il soit. La Grèce est et restera une partie indissoluble de l’Europe. Mais une Europe sans démocratie est une Europe qui a perdu sa boussole. L’Europe est la maison commune de nos peuple, une maison qui n’a ni propriétaires ni locataires. La Grèce est une partie indissoluble de l’Europe, et je vous invite toutes et tous à prendre, dans un même élan national, les décisions qui concernent notre peuple.

    -------------------------------

    Peu de temps auparavant, Varoufakis annonçait vouloir tout faire pour trouver un accord avec la Troika demain...

    Lafazanis (plateforme de gauche) indique que tout le gouvernement est sur la position d'appeler à voter non

    Ce soir, le ministre de la réforme administrative, Katrougalos, vient de préciser qu'un vote "NON" ne signifierait pas la rupture avec la Troika, mais le retour à la négociation...  

    Tsipras demande à ce que la BCE continue à alimenter les banques grecques jusqu'au 5 juillet. 

    Immédiatement après l'annonce de Tsipras, les guichets de retrait étaient pris d'assaut cette nuit. 

    -----------------------------

    Point de vue de Jorge Martin de la Tendance Marxiste internationale

    https://www.facebook.com/jorge.martin.1917/posts/10153590520801159

    Greek PM Tsipras has announced he will put the "bail out deal" to a referendum on July 5 - ministers have all lined up on the NO camp, some stronger than others - ‪#‎Tsipras‬ makes it clear he is against the institutions' proposals but will adopt them if Greeks vote in favor ‪#‎Greece‬‪#‎euro‬

    "the purpose of some of the partners and institutions was not a viable agreement for all parties, but possibly the humiliation of an entire people" said Tsipras

    SOME INITIAL THOUGHTS

    the Administration reform minister made it clear what the referendum means for Tsipras: a way to get a mandate to get a better deal from the troika, possibly the terms he offered on Monday with small modifications, but with some substantial debt relief or restructuring attached

    but his call for a referendum has set in motion forces which are out of his control. Over the last few days there has been increased polarisation in Greek society and the accumulated sense of being humiliated by the troika will now boil over, there will be genuine enthusiasm for OXI, a resounding NO linking up with the best traditions of resistance of the Greek working class movement, the referendum could get 60, 70 or even 80%, despite a massive campaign of fear on the part of the capitalist media and the troika's blackmail

    the troika still holds the threads to the purse, through the ELA mechanism for maintaining bank liquidity, the ECB will have an emergency meeting Saturday morning to decide. there is also the issue of the IMF debt repayment due by the end of the month. all these will be used to blackmail the Greeks. however, any further provocations will only have the effect of polarising the situation even more

    we have entered a new stage in the Greek crisis

    it is now time to take decisive action - this referendum cannot be fought just on the ballot boxes, but above all on the streets. There should be mass demonstrations tomorrow and Sunday. The government should immediately nationalise the whole banking system to prevent a bank run. The government should seize the property and assets of the main capitalists to prevent capital flight. Workers should occupy their factories and workplaces and establish workers' control and vigilance. Open the books.

    Internationally we should all think how can we, in the course of the next few hours and days, mobilise the largest amount of people possible against the troika and in defence of Greek working people. This is also our struggle. At stake is not just the fate of the Greeks but that of workers' across Europe. This is not a national struggle but a class struggle.