[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Actu Grèce du 1er juillet: panorama des forces politiques, nouvelle offre de Tsipras

    Grèce international

    Brève publiée le 1 juillet 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Rappel de la question posée au référendum :

    « Est-ce que la proposition soumise par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international lors de l'Eurogroupe du 25 juin 2015, qui consiste en deux parties qui forment ensemble leur proposition globale, devrait être acceptée ? »

    Un sondage prévoit la victoire du NON au référendum du 5 juillet, mais l'écart se resserre : parmi ceux interrogés avant l'annonce de la fermeture des banques, 57% étaient pour le NON et 30% pour le OUI (13% d'indécis). Après l'annonce de la fermeture des banques, 46% étaient pour le NON et 37% pour le OUI (17% d'indécis)

    http://www.boursorama.com/actualites/le-non-l-emporterait-en-grece-mais-l-ecart-se-reduit-sondage-48def7a6d0dc9831b2bdbbd9a382783c

    Position du KKE sur le référendum du 5 juillet

    Le KKE refuse d'appeler à voter NON au référendum sous prétexte qu'il considère que le gouvernement interprétera la victoire du NON comme une approbation de sa propre proposition d'accord avec la Troïka, très proche de celle de la Troïka. Il considère donc que le OUI et le NON reviennent à voter OUI à un accord barbare avec la Troïka et au maintien dans l'UE.

    Le KKE a proposé que la question du référendum porte (indissociablement) sur l'acceptation ou non des propositions de la Troïka, du gouvernement grec, et du maintien dans l'UE, et du maintien des mémorandums passés.

    Face au refus du gouvernement, le KKE appelle à refuser de choisir entre « Charybde et Scylla » (la peste et le choléra) et de voter NUL en glissant des bulletins de vote avec les propositions du KKE : « Non à la proposition de l'UE-FMI-BCE ; Non à la proposition du gouvernement ; sortie de l'UE et pouvoir populaire »

    http://inter.kke.gr/en/articles/The-referendum-on-the-5th-of-July-and-the-stance-of-the-KKE/

    Position d'Antarsya

    Antarsya appelle à voter NON au référendum, en précisant que ce NON n'est pas un OUI à la proposition d'accord du gouvernement, mais que c'est aussi un NON à l'UE et à l'euro. Il condamne fermement la position sectaire du KKE. Il appelle à la mobilisation sur les lieux de travail et dans les quartiers pour faire gagner le NON. Dans la bataille pour le NON, il met en place son propre cadre pour la rupture totale avec la dette, l'euro, et l'UE. Il appelle à la nationalisation immédiate des banques avec le contrôle des travailleurs pour payer les salaires, les pensions, garantir les dépôts.

    http://antarsya.gr/node/3125

    Traduction en français du positionnement d'Antarsya : 

    http://tendanceclaire.npa.free.fr/breve.php?id=13613

    Position de l'OKDE Spartakos (composante d'Antarsya)

    L'OKDE Spartakos appelle à voter NON, un NON de tout nouvel accord, un NON à l'Union européenne. Il dénonce le refus du gouvernement de prendre toute mesure unilatérale, de prendre des mesures en rupture avec la normalité capitaliste. Il dit qu'il n'ont aucune illusion dans la capacité de SYRIZA à entrer en conflit avec les intérêts du capital et des institutions capitalistes, mais que le NON peut ouvrir un nouveau cycle de crise politique. Il appelle à la mobilisation.

    http://www.okde.org/index.php/el/2014-02-15-12-35-33/86-anakoinwseis/244-oxi-kamia-symfonia-terma-oi-diapragmateyseis

    Position de EEK (organisation trotskyste en dehors d'Antarsya) :

    EEK appelle à voter NON, et met en avant un programme de transition articulant l'annulation de la dette, la nationalisation des banques sous contrôle des travailleurs, une restructuration de l'économie sur des bases socialistes, une rupture avec l'UE, et la perspective de l'unification socialiste de l'Europe

    http://www.eek.gr/index.php/englishtext/3577-the-battle-for-the-referendum-in-greece

    Position de OKDE (organisation trotskyste en dehors d'Antarsya) :

    L'OKDE (à ne pas confondre avec l'OKDE Spartakos, composante d'Antarsya) appelle à voter NON, tout en dénonçant la politique de « retraite continue » du gouvernement grec depuis janvier, l'accord honteux proposé par le gouvernement, qui désarment les travailleurs face au chantage de la Troïka. L'OKDE appelle à cesser immédiatement la mascarade de la négociation. Il appelle à la mobilisation, à ne pas faire confiance aux « mains faibles et timides » de Syriza, et affirme la nécessité d'un pouvoir révolutionnaire pour affronter l'UE.

    http://www.okde.gr/archives/3873

    Les positionnements des forces politiques grecques sur le référendum

    Syriza, Antarsya, EEK, OKDE, Aube dorée appellent à voter NON

    Nouvelle Démocratie, PASOK, Potami appellent à voter OUI

    KKE appelle à voter NUL

    Déclaration de Panagiotis Lafazanis (dirigeant de la plateforme de gauche de Syriza)

    http://alencontre.org/europe/grece-letranglement-financier-a-remplace-les-canons-imperialistes.html

    Stiglitz, L'Europe contre la démocratie grecque (traduit en français) :

    http://www.project-syndicate.org/commentary/greece-referendum-troika-eurozone-by-joseph-e--stiglitz-2015-06/french

    Le gouvernement grec a demandé un nouvel accord à la Troïka et propose de suspendre le référendum si les négociations reprennent...

    Le gouvernement grec propose un plan d'assistance financière sur 2 ans (prêts de 29 milliards) avec restructuration de la dette, et le paiement de la dette au FMI (prévu le 30 juin) en novembre, tout en s'engageant à une nouvelle série de réformes, qui selon Le Monde, sont très proches des demandes actuelles de la Troika. L'Eurogroupe d'aujourd'hui mercredi doit discuter de cette nouvelle proposition grecque. Mais Merkel refuse toute discussion avant le référendum, alors que Sigmar Gabriel (ministre SPD de l'économie) demande l'annulation du référendum pour que les discussions reprennent

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/la-grece-demande-de-l-argent-frais-a-l-europe-apres-son-defaut_1695036.html

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/30/grece-un-eurogroupe-reuni-en-urgence_4665033_3234.html

    Voilà ce que dit Le Monde :

    « Selon nos informations, Athènes a aussi fait parvenir, mardi en début de soirée, une liste de réformes qu’elle compte mettre en place en échange des prêts internationaux demandés. Cette liste serait très proche de celle exigée depuis des mois par les créanciers du pays, et qui était en cours de finalisation quand M. Tsipras a sorti l’idée du référendum. « A première vue, elles sont plus proches de la position des institutions, mais il faut les examiner plus attentivement » explique une source diplomatique. »