[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Actu Grèce du 3 juillet au soir

    Grèce international

    Brève publiée le 3 juillet 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Photo de la manif pour le NON

    Permalien de l'image intégrée

    20h : Nouvelle estimation de participation : 25 000 personnes pour le non, 20 000 pour le oui, selon la police - des journalistes évoquent au moins 50.000 personnes pour le non

    -----------------------

    19h : Selon la police, 15 000 partisans du "non" et 12 000 pour le "oui" au référendum manifestent ce soir à Athènes.

    Mais de nombreux manifestants pour le NON affluent encore

    -----------------

    le Fonds européen de stabilité financière (FESF) a officiellement déclaré la Grèce en « défaut » de paiement, après le non-remboursement de 1,5 milliard d’euros au Fonds monétaire international (FMI)

    ------------------

    A l’occasion d’une allocution télévisée cet après-midi, le premier ministre Alexis Tsipras a souhaité « une décote de 30 % de la dette grecque et une période de grâce de vingt ans » pour assurer « la viabilité de la dette » de son pays.

    ------------------

    Yanis Varoufakis, le ministre des finances grec, a répété qu’un accord avec les créanciers était à portée de main, que les discussions avec les institutions continuaient en coulisse et que « nous pourrions trouver un accord demain matin [samedi]. »

    « Si c’est non, je peux vous affirmer que durant cette semaine d’impasse nous avons eu des propositions tout à fait convenables provenant de l’Europe, en confidentialité, et un accord est plus ou moins scellé. »

    Ce qui n’est visiblement pas l’avis de Jean-Claude Juncker. Le président de la Commission européenne a démenti dans la foulée la poursuite des discussions lors d’une conférence de presse à Luxembourg.

    « Aucune négociation n’est en cours. Si les Grecs votent non, la position grecque sera considérablement affaiblie. »