[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Tiens donc ! Les députés PCF changent d’avis sur l’accord...

    Grèce international

    Brève publiée le 15 juillet 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

      PARIS, 15 juil 2015 (AFP) - Les députés du Front de gauche "ont pris la décision à l'unanimité de voter contre" l'accord européen sur la Grèce et de "ne pas se limiter à une abstention", a annoncé mercredi leur chef de file, André Chassaigne.

          "C'est un mauvais accord, désastreux pour l'avenir de la Grèce", a déclaré à la presse le député communiste, quelques heures avant le débat et le vote à l'Assemblée nationale.

    -------------------------

    PARIS, 15 juil 2015 (AFP)

      Les députés socialistes frondeurs vont majoritairement voter pour l'accord européen sur la Grèce mercredi après-midi, mais certains vont s'abstenir, a indiqué à l'AFP l'un de leurs animateurs, Christian Paul.

          "C'est un accord incontournable, ça n'en fait pas un bon accord", a-t-il résumé, jugeant que "tout reste à faire" notamment sur la question de la dette.

          "L'ingérence imposée à la Grèce, au-delà même des questions budgétaires et fiscales, est intolérable", a aussi estimé ce porte-voix de l'aile gauche du PS, appelant à "réussir le sauvetage du pays, trouver une solution crédible et sortir de l'ambiance de décomposition du projet européen".

          Le député de la Nièvre considère que François Hollande "a placé la barre très haut" en annonçant mardi qu'il allait faire des propositions pour "un gouvernement économique européen" et l'instauration d'"un budget de la zone euro". Selon lui, "ou bien le président engage des propositions de réforme des traités, ou bien la crise de confiance va s'approfondir en France".