[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grèce: la gauche de Syriza viré du gouvernement

    Grèce international

    Brève publiée le 17 juillet 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (afp) Le Premier ministre grec a annoncé un remaniement de son gouvernement après la fronde d'une partie de sa majorité lors du vote au Parlement.

    Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a écarté vendredi lors d'un remaniement de son gouvernement les ministres frondeurs et maintenu à son poste, en gage de bonne volonté, le ministre des Finances Euclide Tsakalotos. Il s'agit du premier remaniement depuis l'arrivée au pouvoir d'Alexis Tsipras il y a six mois.

    Il fait suite à la fronde d'une partie de sa majorité lors du vote au Parlement du premier paquet de réformes exigé par les créanciers en contrepartie de l'octroi d'une nouvelle aide. Alexis Tsipras a notamment remplacé les trois ministres frondeurs qui avaient voté contre ces réformes, dont le ministre de l'Energie et des Infrastructures Panagiotis Lafazanis et la ministre adjointe aux Finances Nadia Valavanis, qui avait présenté sa démission.

    Les frondeurs évincés

    Le ministre délégué au travail, Dimitris Stratoulis, et le ministre délégué à la Défense, Costas Isychos, ont également fait les frais de cette reprise en main. L'annonce portait sur dix changements au sein du gouvernement. Outre ces départs, de nouvelles nominations sont intervenues pour combler notamment des vacances de portefeuille.

    Sur les 149 députés du groupe parlementaire du Syriza, 32 députés, dont les cinq ministres remplacés et la présidente du Parlement, avaient voté "non", six s'étaient abstenus et une députée était absente. La passation de pouvoir a été repoussée en raison des incendies qui ravagent le Péloponnèse et l'Attique, a précisé le cabinet du Premier ministre dans son communiqué.