[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grèce: Varoufakis ne soutient ni Syriza, ni Unité populaire

    Grèce international

    Brève publiée le 13 septembre 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (Le Monde) L’ex-ministre grec des finances Yanis Varoufakis a annoncé samedi 12 septembre qu’il ne soutiendrait ni Syriza ni les dissidents de l’Unité populaire lors des prochaines élections en Grèce le 20 septembre.

    « Je ne vais pas apporter mon soutien à mon bon ami et camarade Alexis Tsipras et Syriza. Je ne vais pas apporter mon soutien au groupe dissident », a déclaré M. Varoufakis de passage à Paris pour la Fête de l’Humanité, organisée par le Parti communiste français (PCF).

    « Je ne crois pas qu’aucun d’entre eux ne dispose d’un programme que le prochain Parlement (issu des élections) puisse mettre en pratique », a ajouté l’ex-ministre ; qui conteste le troisième plan d’aide et de rigueur imposé à la Grèce par ses créanciers européens.

    Elu Premier ministre en janvier, Alexis Tsipras tente de retrouver une majorité au Parlement après la défection de plusieurs dizaines de députés de Syriza rejetant le nouveau plan d’aide qu’il a dû accepter en juillet.

    « Plan B » de la gauche anti-austérité

    « J’espère qu’alors que la crise va s’intensifier, nous, gens de gauche qui avons fait dissidence, nous allons nous réunifier », a-t-il conclu. M. Varoufakis a participé à Paris au lancement de la Conférence du plan B en Europe avec plusieurs dirigeants de la gauche anti-austérité, l’Allemand Oskar Lafontaine (Die Linke), l’ex-vice ministre italien des Finances Stefano Fassina, et le leader du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon.

    Dans un texte paru vendredi sur Mediapart, les quatre leaders ainsi que l’ancienne présidente du Parlement grec Zoe Konstantopoulou demandent la « renégociation complète des traités européens ».

    En cas d’échec, les signataires du texte envisagent plusieurs hypothèses pour leur « plan B » : « les monnaies parallèles, la numérisation des transactions en euros pour contourner le manque de liquidités (...) la sortie de l’euro et la transformation de l’euro en monnaie commune ».