[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grece : partenaires et creanciers votent Syriza

    Grèce international

    Brève publiée le 18 septembre 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Extraits de la revue de presse de l'ambasse de France en Grèce du jeudi 17 septembre 2015 :

    http://www.ambafrance-gr.org/IMG/pdf/150917.pdf?17842/220f963adb01399b86a7c1e2757b1a30f1808e92

    Par ailleurs, Ta Nea note à la Une que les partenaires et créanciers souhaiteraient la participation de SYRIZA au gouvernement qui sera issu des prochaines élections. Ils estimeraient selon le journal, que SYRIZA, débarrassé désormais des voix extrêmes et plus orienté vers le centre, contribuerait à la formation d’un gouvernement de longue haleine qui garantirait l’application des mesures prévues par le mémorandum. Selon le journal, les créanciers considèreraient que, bien que la ND dispose de l’expérience, des cadres et des technocrates nécessaires pour l’application des mesures, ce parti a toutefois fait marche arrière dans le passé lors de moments difficiles. De ce fait, ils privilégieraient une victoire de SYRIZA aux élections, même s’ils lui reprochent de manquer de compétences techniques et de fiabilité. Enfin, la présence de  SYRIZA au gouvernement permettrait d’éviter le risque qu’une fois retourné à l’opposition, le parti puisse saper l’application des mesures et organiser des manifestations dans les rues. Evoquant des sources diplomatiques européennes, le journal relève la surprise des Européens devant le calme relatif qui a régné dans le pays pendant la période de fermeture des banques et l’instauration du contrôle des capitaux. Ce qui serait à mettre au crédit de la capacité du gouvernement SYRIZA à « absorber les secousses sociales ».