[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    La Grèce en grève contre la réforme des retraites

    Grèce international

    Brève publiée le 4 février 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/la-grece-en-greve-generale-contre-le-plan-de-retraites-de-tsipras_1760454.html

    Athènes - "Ils ont massacré ma génération" : Dina, 32 ans, a pour la première fois jeudi fermé son magasin de lingerie pour participer à la grève générale en Grèce, contre une réforme des retraites voulue par les créanciers du pays et soutenue par Alexis Tsipras.

    Un nombre record de corporations était appelé à descendre dans la rue, donnant une ampleur particulière à cette journée de protestation. Assureurs, vétérinaires, avocats ou médecins manifestaient ainsi dans les rues du pays aux côtés des fonctionnaires, des agriculteurs et de nombreux salariés du privé. 

    Selon la police, 40.000 personnes défilaient à la mi-journée dans le centre d'Athènes et 14.000 à Thessalonique. 

    A la mi-journée, quelques incidents, fréquents dans les manifestations en Grèce, étaient signalés entre jeunes lançant des cocktails molotov et policiers répondant à coups de gaz lacrymogènes. La télévision Skaï évoquait aussi "des tensions" entre jeunes de la mouvance gauchiste et agriculteurs. 

    C'est la troisième fois que le Premier ministre de gauche, élu il y a un an sur la promesse d'en finir avec les plans d'aide aux pays, assortis de réformes difficiles, essuie une grève générale, après avoir dû accepter lui-même en juillet un de ces plans, contre 86 milliards d'euros de prêts. 

    Les manifestants à Athènes étaient deux fois plus nombreux qu'en novembre et près de trois fois plus nombreux qu'en décembre. 

    La capitale était également plongée dans un calme inhabituel à cause de la grève observée aussi par les centaines de taxis de la ville.  

    De nombreux commerces étaient fermés pour dénoncer une réforme qui touche aussi beaucoup les travailleurs indépendants ou les agriculteurs. Ces derniers ont organisé de nombreux blocages de routes ces dernières semaines. 

    La réforme vise, aux yeux des créanciers du pays (UE et FMI), à dégager 1,8 milliard d'euros d'économies pour l'Etat (environ 1% du PIB grec) dans un pays où, selon le ministère de l'emploi, 17,5% du PIB est consacré aux retraites contre 11,5% en moyenne en Europe. 

    - 'On ne peut pas se marier ou avoir d'enfants' - 

    Elle prévoit notamment d'abaisser le plafond des retraites de 2.700 à 2.300 euros, d'unifier les régimes, ou de créer une retraite minimum de 384 euros, tout en relevant les cotisations sociales. 

    Dina, elle, "n'en peut plus" : "on paye plus d'impôts qu'on ne gagne, on ne travaille que pour l'Etat, on ne peut même plus dégager de salaire", assure-t-elle à l'AFP. 

    "+Ils+ ont massacré ma génération, ajoute-t-elle, on ne peut pas se marier, on ne peut pas avoir d'enfants, mes parents ont travaillé tout une vie et ce qu'ils me laissent, c'est : rien". 

    "Retraites de 300 euros à 80 ans, qu'est-ce que c'est bien le capitalisme!", clamaient certains manifestants. 

    Thomas Karachristos, avocat d'affaires, souhaite pour sa part "que l'Europe nous entende, parce que nous avons besoin d'un répit pour repartir", après six ans de récession. 

    L'avocat admet que le système de cotisations actuel est assez injuste "et doit être réformé". Mais pour lui, la réforme prévue "ne peut pas rendre le système viable". 

    Il a ainsi calculé qu'entre les impôts et les cotisations, il va devoir céder 88% de ses gains l'an prochain, au risque de devoir licencier parmi ses quatre collaborateurs. 

    Cette réforme est de surcroît peut-être la dixième depuis le début de la crise, il y a six ans.  

    Le propre père de Thomas a vu sa pension passer de près de 3.000 à 1.100 euros au fil des mesures. 

    Alexis Tsipras, accusé par beaucoup de Grecs de les avoir "trahis", a pris le parti de défendre cette réforme, au risque sinon de voir "le système s'écrouler", tout en promettant de tout faire pour épargner les plus faibles. 

    Il souhaite ainsi obtenir des créanciers le satisfecit qui permettrait d'ouvrir enfin les nouvelles négociations espérées sur un allègement de la dette grecque (près de 200% du PIB). 

    Il lui faut d'abord obtenir du Parlement le vote de cette réforme, en milieu de mois, alors que sa majorité est très juste (153 députés sur 300), même s'il semble la tenir assez fermement.