[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Syrie: la Turquie poursuit ses bombardements

    international Syrie Turquie

    Brève publiée le 15 février 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (afp) La Turquie a bombardé dimanche pour la deuxième journée consécutive des positions kurdes en Syrie et a annoncé, malgré les appels internationaux à cesser ces tirs, qu'elle continuerait à frapper les milices kurdes syriennes. 

    L'artillerie turque a bombardé depuis la frontière des positions des Unités de protection du peuple (YPG), les milices du Parti de l'union démocratique (PYD), en représailles selon Ankara à des tirs venus de Syrie. Des positions kurdes aux alentours de la ville d'Azaz, dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, ont été visées.

    Le gouvernement de Damas a condamné "les attaques répétées de la Turquie" contre "l'intégrité territoriale de la Syrie", et il a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à "mettre un terme aux crimes du régime turc". Les Etats-Unis ont exhorté dès samedi la Turquie à cesser ses tirs d'artillerie contre les forces armées des Kurdes de Syrie, et aussi contre des forces gouvernementales syriennes dans le nord du pays.

    Paris et Washington préoccupées

    Sur la même ligne que Washington, Paris a exprimé "sa préoccupation à l'égard de la dégradation continue de la situation dans la région d'Alep et au nord de la Syrie". Mais le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a rétorqué que les bombardements contre les Kurdes de Syrie allaient se poursuivre.

    La Turquie "ne permettra pas au PYD de mener des actions agressives. Nos forces de sécurité ont répondu de manière adéquate et continueront à le faire", a déclaré M. Davutoglu lors d'une conversation téléphonique dimanche avec la chancelière allemande Angela Merkel. 

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan considère le PYD et ses milices, les YPG, comme des organisations "terroristes" associées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène depuis 1984 une rébellion meurtrière en territoire turc. Ankara redoute que les Kurdes syriens qui contrôlent déjà une grande partie du nord de la Syrie n'étendent leur influence à la quasi-totalité de la zone frontalière.