[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Loi "travail" - Appel à l’unité d’action du NPA 04 pour le 9 mars

    Khomri

    Brève publiée le 1 mars 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.anti-k.org/2016/02/29/loi-travail-appel-a-lunite-daction-du-npa-04-pour-le-9-mars/

    NPA des Alpes de haute Provence le 28/02/2016

    Chers-es Camarades,

    Nous devons collectivement prendre la mesure d’une situation qui peut s’accélérer très rapidement.

    Nous avons correctement analysé la gravité du projet El Khomri, la nécessité de la mobilisation pour son retrait, le positionnement des organisations syndicales…

    Mais il me semble qu’il est en train de se passer quelque chose qui dépasse le «  business as usual  »…

    Ce texte  est une reprise, pour partie, des appels des unions départementales CGT de Haute Garonne et du Val de Marne, de la fédé de la métallurgie, du Vaucluse, datés du 24/27 février. Ces appels ont été suivis aujourd’hui par Solidaires … Même la CFDT, qui joue les flancs-gardes du pouvoir, demande le report de la présentation du texte au conseil des ministres du 9 mars, c’est dire si ça chauffe.

    Sur cette base, une réunion unitaire devrait pouvoir se tenir dès le début de cette semaine, la bourse du travail de Château Arnoux, par sa position centrale dans le département serait un bon choix.

    Le plus grand mensonge de ces gens là c’est de vouloir nous faire croire qu’ils mènent une « bataille pour l’emploi » quand depuis des décennies, ils organisent cyniquement un chômage de masse, une immense armée de réserve de chômeurs pour imposer les bas salaires par le chantage à l’emploi, avec les conséquences économiques catastrophiques que l’on connaît.

    L’heure est grave après tant de reculs c’est notre avenir aujourd’hui qui est en jeu !

    La loi El Khomri, ça suffit ! 

    – Selon un sondage, pour 7 Français sur 10, « la loi travail » menace « les droits des salariés »,

    – La pétition « Loi Travail : Non merci » vient de dépasser les 700 000 signatures. Un record …

    Face à la violence anti-sociale du projet de loi « El Khomri » qui consiste en un dynamitage du droit du travail, un front du refus est en train de monter puissance. Car derrière, le service commercial d’El Khomri on trouve les compères Gattaz, Valls, Macron, avec l’aval appuyé de Hollande pour mettre en œuvre ce que le patronat et la droite osaient à peine rêver.

    Le refus se généralise

    la contestation populaire contre ce recul historique de société se répand partout : Pétitions, messages sur les réseaux sociaux, appels d’organisations syndicales, politiques, associations …

    Les étudiants et plus largement la jeunesse se mobilisent sur les réseaux sociaux et notamment autour du 9 mars prochain.

    Ils ont donné le signal, « quand  faut y aller, faut y aller » et mettre en débat partout les modalités d’action, de grève et de manifestations.

    Oui, c’est le moment d’agir !

    Arrêtons de tergiverser, mobilisons-nous nombreux dans la rue le 9 mars, jour de la présentation de cette loi antisociale au conseil des ministres !

    Et ce n’est qu’un début !

    En cette période trouble, notre  boussole c’est le mouvement social qui permet la rencontre du monde du travail, de la jeunesse et de toute la population, avec le progrès social comme objectif ; au-delà des divisions politiciennes et en rejetant ainsi le FN, qui n’a plus rien à dire dès que le peuple se mobilise.

    Le NPA 04 se joint aux nombreux appels lancés par plusieurs organisations syndicales de la CGT, de Solidaires, d’étudiants et de lycéens pour une première mobilisation le 9 mars prochain.

    Mobilisation générale

    Ces appels convergents doivent être relayés partout, dans les ateliers, dans les bureaux, dans les quartiers et les villages pour entraîner le plus grand nombre possible d’organisations mais aussi d’hommes et de femmes, quelque soient leurs situations, salariéEs du public ou du privé, sans emploi, précaires de tout type, jeunes, retraités, etc.

    Tous ensemble pour engager (enfin) la riposte que tout le monde attendait, aux assauts des capitalistes et du gouvernement à leurs services exclusifs.

    Le collectif CQFD (le Code Qu’il Faut Défendre – son site : au niveau national, il faut reproduire et créer partout des collectifs CQFD pour amplifier le mouvement et coordonner les actions.

    Une nouvelle séquence sociale s’ouvre enfin

    Celles et ceux qui sont conscientEs que la politique de ce gouvernement, de la pire droite, 100% au service du patronat est un retour au 19ème siècle ont le devoir d’agir maintenant. Après l’état d’urgence, la déchéance de la nationalité, jamais l’expression « la goutte d’eau qui fait déborder le vase » n’a aussi bien convenu.

    Il s’agit aujourd’hui d’être disponibles et combatif-ve-s au risque de se montrer en dessous du niveau d’indignation et de mobilisation qui se structure et prend de l’ampleur (enfin) un peu partout dans notre pays.

    Il faut, dès à présent et de manière extraordinaire, nous donner tous les moyens de populariser et réussir cette première riposte sociale, car c’est dans la rue qu’il faudra imposer le retrait du projet de loi El Khomri, comme ce fut fait pour la loi CPE qui voulait mettre en place un sous-salariat pour les jeunes !

    La riposte du monde du travail doit être à la hauteur : dans la rue et par la grève.

    Derrière El Khomri, c’est Gattaz, Valls Hollande qui devront aussi rendre gorge

    L’exigence du retrait du projet de loi Kel Khomri est juste et ouvre des perspectives qui portent plus loin. C’est l’austérité qui doit cesser pour laisser la place à une alternative assise sur les droits actuels garantis, mais également des droits nouveaux correspondants au 21ème siècle dans le sens du progrès social, en renversant toutes les oligarchies.

    Un progrès social qui prenne en compte l’écologie et la préservation de l’environnement, c’est non seulement possible, mais c’est indispensable et gagnable !

    Lien vers les pétitions :

    https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriamelkhomri-loitravailnonmerci?recruiter=83110802&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

    http://cqfd-lesite.fr/

    Résumé sidérant de la loi »Travail »

    – le temps de travail hebdomadaire pourrait être poussé jusqu’à 60 heures, le temps de repos minimum descendre sous les 11 heures, le temps de travail journalier passer à 12h et les astreintes prises sur le temps de repos ;

    –  le forfait-jour serait applicable dans les entreprises de moins de 50 salariéEs sans accord d’entreprise ;

    –  afin de neutraliser le déclenchement des heures supplémentaires le temps de travail pourrait être calculé sur 3 ans ;

    -la diminution de la rémunération des heures supplémentaires jusqu’à 10%  devient possible dans toutes les entreprises ;

    –  les apprentis pourraient travailler jusqu’à 10h par jour (8h aujourd’hui) et 40h par semaine (35h aujourd’hui) ;

    –  des accords permettant d’augmenter le temps de travail des salariés sans contrepartie deviennent possibles même en l’absence totale de difficultés économiques (accords dits de développement de l’emploi) ;

    –  des accords permettant  licenciements et baisse des rémunérations pourront être conclus en cas de reconnaissance des difficultés économiques de l’entreprise temporaires (deux trimestres), limitées à la France et à une seule entreprise d’un  groupe ;

    –  en cas de refus de modification du contrat de travail, conséquence de tels accords, les salariéEs seront licenciéEs pour motif personnel, sans possibilité d’en contester la cause réelle ;

    –  élargissement  considérablement des motifs de licenciement économiques : une baisse de commandes sur plusieurs trimestres devient suffisante ;

    –  plafonnement des indemnités prud’homales à un maximum de 15 mois de salaires pour licenciement illicite (!) ôtant toute possibilité aux juges d’apprécier la réalité du préjudice subi ;

    –  validation par référendum d’un accord d’entreprise même si les syndicats représentant 70 % des salariéEs s’y opposent.

    Au total il s’agit d’un droit du travail où la règle est la liberté totale pour les employeurs avec des salariéEs « libres » de leurs choix avec un revolver sur la tempe et des syndicats mis hors-jeu.

    29

    On a balancé le CPE. On peut faire capoter la loi scélérate Kel Khomri !

    La mobilisation s’organise. A vos marques.

    Ici les infos des mobilisations en cours ou en préparation
    http://www.anti-k.org/category/luttes/: