[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Appel des étudiants de Mulhouse aux salariés de PSA

    Khomri

    Brève publiée le 7 avril 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article149834

    Appel des étudiants et lycéens mulhousiens aux salariés de PSA

    Avec l’avant projet de la « loi travail » le gouvernement actuel brade un siècle et demi d’acquis sociaux au grand patronat. Nous ne pouvons accepter cette énième trahison et lutterons pour nous faire entendre, aussi longtemps qu’il le faudra.

    L’alliance des salariées et des étudiants contre la loi travail C’est parce que votre précarité actuelle est un avant goût de celle que l’on veut nous faire subir demain que nous sommes convaincus que notre unité sera la clef de la victoire. En effet, c’est l’alliance de notre détermination et de votre pouvoir au sein de l’entreprise, comme c’est le cas chez Peugeot, qui viendra à bout de ce projet de loi et de la période de régression sociale dans lequel il a pris forme. C’est pourquoi nous nous adressons à vous, jeunes intérimaires et salariés et vous apportons notre soutien, conscients des difficultés qui sont les vôtres.

    Salariés précaires aujourd’hui, étudiants et lycéens précaires demain

    Face à la régression, nous vous soutenons La régression, vous connaissez déjà : les samedi quasi gratuits, le blocage des salaires, la baisse ou la suppression des primes, des conditions de travail exécrables, des pressions et sanctions, une embauche qui ne se fait plus qu’en intérim dans une précarité qui se généralise et le chantage permanent à l’emploi. S’y ajoute désormais le Nouveau contrat social N°2 actuellement testé à Rennes et ayant vocation à s’appliquer à l’ensemble du groupe : blocage des salaires pour 3 ans, suppression d’un certains nombre de primes et de jours de congés, d’ancienneté et RTT… La liste est longue.

    Le président du groupe PS à l’Assemblée a défini l’objectif : « Il faut que le CDI ne soit pas une prison pour le chef d’entreprise ». Eh bien, nous maintenons qu’il ne faut pas que la précarité soit la prison des salariés !

    Nous ne voulons pas de cette société Nous ne rêvons pas de devenir millionnaires, comme nous le propose Macron. Pas plus que de nous « habituer à vivre avec le terrorisme » ou la crise, qu’on nous présente comme une fatalité depuis l’enfance. Nous sommes révoltés que 62 personnes dans le monde possèdent autant que la moitié de l’humanité, régissant son destin et la sommant de se serrer la ceinture. Nous sommes révoltés qu’en 2015 les 500 les plus riches du pays se soient enrichis de 25% ; nous sommes révoltés comme le révèle le scandale Panama Papers que la fraude fiscale soit l’équivalent en France du déficit public qui permet au gouvernement de justifier l’austérité, les ponctions sur la Sécurité Sociale ou les services publics, le blocage des salaires, les licenciements et la loi travail elle-même ; nous sommes révoltés encore que votre PDG gagne 14 500 euros par jour, samedi et dimanches compris, alors que plus de 1 million de personnes qui travaillent, intérimaires, CDD, précaires, temps partiels ne gagnent pas plus de 800 euros par mois et que 82% de la population active touchent à peine plus que le SMIC.

    Ainsi, depuis le 9 et par le maintient de nos actions les 17, 24 et 31 mars, nous, étudiants, lycéens et jeunes travailleurs nous sommes opposés à l’avant projet de loi travail aussi appelé « loi El Khomri », demandant son retrait total, absolu et définitif. Malgré les difficultés à nous mobiliser en cette période d’examens et face à l’omniprésence policière, le mouvement mulhousien a progressivement pris de l’ampleur et se maintiendra tant que ne sera pas retiré ce projet de loi. Plusieurs AG ont eu lieu ainsi que la formation d’un comité de lutte rassemblant des jeunes de tous horizons. Nous n’en sommes donc qu’à nos débuts.

    Nous serons à la manifestation du 9 avril et à toutes les suivantes car nous savons qu’il faudra être unis et toujours plus nombreux pour faire reculer le gouvernement, aux ordres de Pierre Gattaz. Nous espérons que vous y serez nombreux !

    Lycéens, étudiants, chômeurs et salariés, c’est tous ensemble qu’on va gagner !

    Les étudiants, lycéens et jeunes travailleurs mulhousiens mobilisés contre la loi travail