[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Plus de 75 interpellations lors du blocage du port de Gennevilliers

    Khomri

    Brève publiée le 28 avril 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.revolutionpermanente.fr/Direct-Plus-de-75-interpellations-lors-du-blocage-du-port-de-Gennevilliers-Liberation-immediate-et

    Alors que près de 200 personnes bloquaient le port de Gennevilliers à l’appel de l’interpro de Saint-Denis et soutenu par Nuit Debout, au moins 75 personnes ont été interpellées par les forces de polices dont de nombreux étudiants des universités les plus mobilisées en Ile de France Paris 8 et Paris 1. En nombre, les forces de répression, accompagnées d’un hélicoptère ont entouré dans une nasse, intérimaires, intermitent-e-s, travailleur-s-e-s, chômeur-s-es, étudiant-e-s mobilisé-e-s. Les interpellés auraient été emmenés pour « contrôle d’identité » au commissariat du 18ème rue de l’évangile.

    Dans la suite de la journée de grève importante des cheminots ce 26 avril contre le décret socle, le 28 avril devait permettre de démarrer le second round de la mobilisation contre la loi Travail, qui sera « débattue » au Parlement durant le mois de mai. Avec « l’accord » trouvé cette nuit avec les intermittents quant au régime d’indemnisation chômage, le gouvernement a utilisé la carotte dont on verra ensuite la couleur, d’autant que l’accord était en quelque sorte déjà prévue par la CGT depuis quelques semaines.

    Ce matin, le gouvernement use du bâton pour réprimer et casser, tôt ce matin, la dynamique de la mobilisation impulsée localement par l’AG interpro de Saint-Denis, ses travailleurs, étudiants et lycéens, « Nuit Deboutiste » qui, localement, construisent la convergence et le « tous ensemble » en bloquant le plus gros port d’Ile de France à Gennevilliers « pour frapper le patronat au portefeuille ». De cette façon et dans la poursuite de l’escalade répressive de la jeunesse avant les vacances, c’est la dynamique de la mobilisation 28 avril que le gouvernement tente de casser.

    Ainsi, Hollande et ses forces de polices cherche à briser un second départ de la mobilisation contre la loi Travail en usant de nouveau de la carotte et du bâton. Mais, alors que la majorité de la population est opposée à Hollande et à sa loi Travail, en usant de la répression tout azimut, il ne fera que renforcer la détermination des personnes mobilisées de battre en brèche ce gouvernement et sa politique antisociale.

    Les interpellés doivent être immédiatement libérés sans poursuite ! L’ensemble des organisations syndicales et de jeunesse doivent également exiger et mettre tout en œuvre pour leur libération immédiate ! Dans nos Assemblées Générales, dans nos structures syndicales, dans les AG Nuit Debout, soutenons nos camarades et dénonçons ces nouvelles interpellations ! Exigeons la libération immédiate et sans poursuite des interpellés !

    -----------------------

    https://paris-luttes.info/28-avril-blocage-du-port-de-5508

    11h30 : 5 personnes (embarquée en camionnette) en garde-à-vue. Possiblement au commissariat de Saint-Denis. Toutes les personnes du premier bus ont été relâchées, sauf une. Pas de nouvelles encore d’une camionnette avec une demi-douzaine de personnes arrêtées. On attend le 2e bus à Evangile.

    • 11h : Les gens sortent progressivement du comico de la rue de l’évangile après un controle d’identité. Ca devrait néanmoins prendre du temps puisqu’un des bus affrété n’est pas encore arrivé rue de l’évangile.
    • 10h10 : Appel à rassemblement devant le commissariat rue de l’Évangile pour soutenir les personnes embarquées après le blocage du port de Gennevilliers, les personnes ont été réparties dans 3 cars il y aurait donc entre 100 et 150 interpellations.
    • 9h50 : Une partie des personnes nassées se sont faites embarquées dans un bus des flics. Direction commissariat de rue de l’Évangile (métro Marx Dormoy). Une dizaine de personnes se sont également faites embarquées en dehors de la nasse.
    • La ville du Havre est bloquée depuis ce matin. D’autres blocages sont en cours en France, dont plusieurs raffineries et dépôts de carburant.
    • 9h30 : Les flics commencent à embarquer les personnes nassées.
    • Des étudiants en arts et en spectacle occupent depuis hier soir l’école de cinéma La Fémis, en soutien aux occupants de l’Odéon. Voir leur communiqué.
    • 9h10 : 3 à 5 personnes en soutien arrêtées à Porte de Paris. Un hélicoptère surveille également. Un seul groupe nassé sur le boulevard Anatole France.
    • 8h50 : Après dispersion, deux groupes partis rejoindre la bourse du travail se sont faits nassés : un à Porte de Paris, l’autre à Carrefour Pleyel.
    • 8h30 : Les flics viennent de dégager tout le monde avec un gros gazage à la clef. Les flics se sont même auto gazé... pas d’arrestations.
    • 8h : depuis 7 heure ce matin, plusieurs centaines de personnes bloquent de port de Gennevilliers, espace économique d’importance puisque 1% du PIB transite par celui ci sur une année.

    Ce matin, à l’appel de l’assemblée générale interprofessionnelle de Saint-Denis, nous sommes plusieurs centaines, intérimaires, intermitent-e-s, travailleur-s-e-s, chômeur-s-es, étudiant-e-s, et alentours mobilisé-e-s à bloquer le port de Gennevilliers pour le retrait sans condition de la loi travail.

    Nous voulons aussi le retrait du décret socle SNCF, le retrait de la loi Hirsch (réforme dans les hôpitaux), la fin de l’état d’urgence, l’arrêt des violences policières, l’amnistie des inculpé-e-s du mouvement social, nous sommes contre toutes les attaques menés par l’État et le patronat.

    Nous avons choisi de bloquer le premier port d’Ile-de-France, pour frapper le patronat au portefeuille, car ce lieu réalise un transit de 20 millions de tonnes de marchandises par an, et plus de 275 entreprises y sont présentes. A travers ce blocage nous voulons aussi dénoncer la précarité organisées que subissent les intérimaires.

    Organisons-nous, bloquons tout, ne comptons que sur nous-mêmes.

    Vive la grève générale et reconductible !!