[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Syrie : attaque chimique au chlore sur Alep

    Syrie

    Brève publiée le 12 août 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Le ministre des Affaires étrangères se dit préoccupé par des "informations faisant état d’une attaque chimique" à Alep. Après la diffusion d’informations faisant état d’au moins quatre morts et de dizaines de blessés dans la deuxième ville de Syrie, Jean-Marc Ayrault a condamné "avec force toutes les attaques sur la population civile, a fortiori lorsque des armes chimiques sont utilisées".

    La bataille d’Alep se poursuit, encore et toujours. Les violents combats y sont toujours aussi meurtriers mais, cette fois, avec un nouvel usage d’armes chimiques, une étape supplémentaire dans l’horreur est franchie. Selon "Le Monde", les forces de Bachar al-Assad ont utilisé des armes chimiques dans les quartiers de l’est de la ville contrôlés par les rebelles : des barils de chlore largués par des hélicoptères. Or, seule l’armée du régime en possède.

    "Il y a beaucoup de preuves"

    L’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, refuse pour le moment de s’engager et affiche une certaine prudence : "Ce n’est pas à moi de trancher la question de savoir si elle a vraiment eu lieu, même s’il y a beaucoup de preuves tendant à démontrer que c’est le cas."

    Une vidéo diffusée par la BBC qui affirme avoir vérifié l’authenticité des images montre des victimes souffrant de symptômes typiques d’une attaque au chlore.

    L’usage du chlore comme arme de guerre est prohibé par la convention sur l’interdiction des armes chimiques signée en 1993 et la Syrie fait partie des pays qui l’ont ratifiée. Le régime syrien se place donc très clairement dans une situation de "violation" de la convention.

    Les combats incessants rendent le ravitaillement d’Alep pratiquement impossible. La situation humanitaire dans la ville est de plus en plus inquiétante.

    Moscou a récemment fait une proposition de "pause humanitaire" jugée insuffisante par l’ONU. Sur place, les derniers médecins présents dans la ville ont imploré les Etats-Unis d’intervenir pour empêcher un nouveau siège.