[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    La chute d’Alep Est expliquée par Polat Can

    Syrie

    Brève publiée le 16 décembre 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://linkis.com/blogspot.com/Gi7h4

    La chute d'Alep Est

    Polat Can
    13 décembre 2016

    La partie orientale d'Alep est tombée aujourd'hui, mais en regardant les causes profondes qui ont ouvert la voie à cette chute, vous vous rendrez compte que celle-ci était inévitable non pas parce que les forces Baathiste et leurs alliés sont plus forts ou bien que les factions islamistes sont plus faibles mais parce que les dizaines de facteurs qui ont accompagné la première chute à l'automne 2012 ont conduit à la deuxième chute d'aujourd'hui.

    La première chute fut rapide, inorganisée et arriva tôt alors que la seconde chute arriva tard, fut douloureuse et destructrice, en d'autres termes: La première chute fut une préface à la seconde.

    Tout d'abord, il faut se rappeler que les révolutionnaires se sont moqués du peuple d'Alep pour ne pas participer à la révolution contre le régime Baath, mais ils ne comprenaient pas qu'Alep est la ville du commerce et de l'industrie, qu'elle a besoin de sécurité, de stabilité et de voies de communication ouvertes.

    Deuxièmement: Alep est divisé en deux districts: Alep-Ouest et Alep-Est, et ce n'est pas seulement une division géographique, mais aussi une division sociale et culturelle. À L'Est d'Alep résident des pauvres, des dévots et des sunnites pieux, des Kurdes des villages, des kurdes de Kobané et d'Afrin ainsi que des Turcs. Tous sont pauvres, ouvriers du bâtiment et des industries textiles. D'autre part: À Alep-Ouest résident les employés de la classe moyenne, les riches et les propriétaires qui ne se soucient pas des slogans politiques mais recherchent seulement de la stabilité afin de faire prospérer leurs affaires.

    Troisièmement: il y a des districts à majorité chrétienne (Arméniens, Assyriens, ... etc.) qui n'ont aucune sympathie pour les slogans islamistes qui ont détourné la révolution depuis le milieu de 2011, et qui se sont toujours méfiés des révolutionnaires venus des villages.

    Quatrièmement: les districts à majorité kurde, en particulier Al Ashrafia et Boustan Al Pasha, qui ont été les premiers à combattre et à expulser les forces du régime et ses voyous Shabeeha au printemps de 2012, mais étaient réfractaires aux slogans extrémistes nationalistes et chauvins de l'opposition et ses alliés armés soutenus par l'ennemi historique des Kurdes ... La Turquie.

    Cinquièmement: La chute de l'est d'Alep en 2012 ne fut pas une dynamique interne ou une initiative locale, mais le fait de l'occupation par des villageois armés du nord d'Alep (AndanHritan, Azaz et Hian).

    Sixièmement: Les factions islamiques ont combattu et détruit des familles et des tribus importantes d'Alep-Est, ce qui en a conduit beaucoup à s'allier avec le régime.

    Huitièmement: L'opposition armée était divisée en autant de factions qui se battaient pour le butin du pillage et du vol des usines. Ces factions étaient éclatées en fonction de leur position idéologique, politique, géographique ou religieuse, fondé également sur leur loyauté envers les États, les partis politiques ou à une personne spécifique.

    Neuvièmement: L'introduction de ces factions islamistes extrémistes à Alep et au sein de l'opposition armée a imposé un nouveau style de vie au peuple et aux autres factions. Le contrôle d'Ahrar Al Sham et d'Al Nusra a donné au régime d'Assad et aux Russes la raison et la légitimité de détruire la ville et de tuer ses habitants.

    Comme nous l'avons indiqué au début: La deuxième chute d'Alep-Est a beaucoup de choses en commun avec la première chute. Mais pourquoi Alep a-t-il chuté malgré tout le soutien apporté aux dizaines ou peut-être centaines de factions, par des tonnes d'armes de la Turquie et les finances des Saoudiens et des Qataris, par la propagande médiatique sur l'établissement d'une salle d'opération commune de toutes les factions accompagnée de menaces et de promesses. Pourquoi donc Alep est-il tombé?

    Premièrement: Les divisions entre les différentes factions basées sur quels États les sponsorise et quels sont les intérêts de ces états dans les combats.

    Deuxièmement: le contrôle des factions extrémistes islamiques en particulier Al-Quaïda terni l'image de la résistance armée dans le monde, surtout à l'ouest.

    Troisièmement: les vendeurs ambulants, les marchands de moutons et d'orge sont devenus des stratèges militaires qui décident des plans militaires et des expéditions tactiques et stratégiques de premier plan et sont devenus plus tard des Seigneurs de Guerre et des autorités locales qui trompent leurs sujets.

    Quatrièmement, ces factions islamiques extrémistes n'ont pas lutté contre le régime, au lieu de cela ils ont lancé une guerre de quatre ans contre le peuple kurde dans le "Cheikh Maksoud" (Sida Mountains) qui a tué des centaines de milliers de Kurdes et d'arabes bombardant à l'aide de gaz et de bombes chimiques et empêché le ravitaillement en aliments et médicaments. Cela a été à mon avis la cause la plus importante de la chute de l'opposition armée ainsi que de la chute de l'est d'Alep.

    Cinquièmement: la Résistance Armée est devenue un agent de facto du Service de renseignement turc (MIT) et a suivi les ordres de leurs maîtres et fait la guerre à Cheikh Maqsoud.

    Sixièmement: les factions de l'opposition ont commencé à se battre entre elles et ont commis des atrocités contre des civils, les unes contre les autres et contre les Kurdes et les chrétiens, comme l'a fait DAESH. Ils massacrent et exécutent des civils dans les rues, kidnappent et détruisent des églises et ciblent les kurdes.

    Septièmement: en raison des luttes intestines entre ces factions armées, le régime a pu atteindre «Al Nobel» et «Zahraa» et déconnecter Alep de «Azzaz» et les villages du nord et de l'est et par la conséquence de la Turquie.

    Huitièmement: De nombreuses factions de résistance armées ont abandonné leurs positions au régime après un protocole d'accord Russo-Turc, de sorte que le régime a pu assiéger et combattre à l'est d'Alep.

    Neuvièmement: La Turquie et l'opposition syrienne en Turquie bluffent la résistance armée en leur disant des mensonges comme le soutien inconditionnel de la Turquie contre le régime et le soutien dans la négociation avec le régime qui permettra la victoire. Malheureusement, la résistance armée a cru ces mensonges et a subi le bombardement hystérique des Russes et du régime sans aucun gain sur le terrain.

    Dixièmement: Le renseignement turc a utilisé la résistance armée pour ses propres gains et les a aidés à prendre l'académie militaire "Ramosa" et la route de Damas avant la visite programmée d'Erdogan en Russie afin qu'il puisse être en position forte pour négocier avec Poutine, mais après la réunion, Erdogan a ordonné le cessez-le-feu des opérations militaires à Alep.

    Onzièmement: Au moment où l'opposition armée gagnait des terrains dans l'ouest d'Alep coupant les routes vers Damas, Erdogan leur a ordonné de quitter Alep et de se diriger vers Jarabulus. Ce mouvement a été la dernière goutte qui a fait débordé le vase et conduit à leur défaite et la victoire du régime.

    Douzièmement: Au lieu que les milliers de résistants armés se dirigent vers Damas pour abattre le régime d'Assad, ils se dirigèrent vers Sheikh MaksoudAfrinJarablus et Al Bab pour combattre l'armée syrienne libre et les Kurdes suivant l'ordre de leur maître turc.

    Treizièmement: il y a quelques années, une réunion a eu lieu regroupant des dizaines de factions et, par la suite, ils abandonnèrent  leurs champs de bataille et se dirigèrent vers les villes kurdes pour les occuper, mais leur défaite fut celle de Sere KaniyeRamaylanQamishloGîre Spi et Afrin.

    Non seulement l'Est d'Alep est tombéz, mais elle a été complètement détruite. L'économie du plus grand centre économique du Moyen-Orient et l'une des plus anciennes du monde a été détruite. La chute de l'est d'Alep est aussi la chute du projet de résistance armée et de leurs partisans en Turquie, c'est la chute de l'Islam politique et des Frères musulmans et des agents de l'Etat turc et de ses mercenaires et la chute de toutes les forces qui se battent contre le peuple kurde. Je l'ai déjà dit et je le répète «personne ne réussira à s'opposer et à combattre le peuple kurde».

    Pour finir, le seul projet viable est le projet laïque et réellement patriotique du peuple kurde, le projet des forces syriennes démocratiques (FDS) et les unités de protection du peuple (YPG). C'est le projet fédéral et démocratique qui peut s'opposer à DAESH et le régime et tous les dictateurs et garantira également un Kurdistan libre et la Syrie libre.

    Publié par Iam KDO à 17:59