[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Le chef de l’aile droite du PS annonce son soutien à Macron

    Macron PS

    Brève publiée le 26 février 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lejdd.fr/Politique/Le-chef-de-l-aile-droite-du-PS-annonce-son-soutien-Macron-850088#xtor=CS1-4

    INTERVIEW – Dans une interview au JDD, Christophe Caresche, député de Paris et chef de file des réformateurs, l’aile droite du PS, explique sa "volonté de ne pas participer" à la campagne de Benoît Hamon. Et "espère que d’autres suivront".

    Christophe Caresche rejoint Emmanuel Macron. (Crédits : Sipa)

    "Le moment est venu de soutenir Emmanuel Macron", indique Christophe Caresche dans le JDD qui précise : "Parce qu’il offre la possibilité de créer une nouvelle force, cohérente, parce qu’il rassemble déjà des responsables issus de formations politiques opposées mais qui, au fond, pensent la même chose : il faut relancer l’Europe et faire du redressement économique une priorité. C’est une décision qui n’est pas facile à prendre : je dois tout au PS, à commencer par ma carrière politique. Mais il faut prendre acte aujourd’hui du fait que nos chemins se séparent." 

    Derrière son choix, le député pointe le danger de l’extrême droite : "Pour un homme de gauche,Emmanuel Macron est la seule solution permettant de contrer efficacement Marine Le Pen au deuxième tour de la présidentielle." Et indique que la candidature de Benoît Hamon fait peser un risque : "Le projet que porte Benoît Hamon est incompatible avec un large rassemblement des Français au deuxième tour, s’il y figurait, face à Le Pen. Ce serait un risque que personnellement je ne souhaite pas courir."

    Le chef de file du pôle des réformateurs du PS sera-t-il suivi par les siens? "La décision n’est pas prise, mais la réflexion devrait s’accélérer. Cette sensibilité a vocation à se retrouver dans la démarche d’Emmanuel Macron. Certains m’ont d’ailleurs précédé, et j’espère que d’autres suivront", indique-t-il au JDD.