[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Trump donne son feu vert pour fournir des armes aux milices kurdes YPG

    Rojava Trump

    Brève publiée le 11 mai 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.france24.com/fr/20170509-syrie-donald-trump-envoie-armes-milices-kurdes-ypg-raqqa-ei-turquie-erdogan

    La Maison Blanche a approuvé la fourniture d'armes aux milices kurdes YPG qui combattent les jihadistes de l'EI en Syrie, a déclaré mardi un porte-parole du Pentagone. Ces milices sont considérées par Ankara comme "terroristes".

    Donald Trump a donné son feu vert pour la fourniture d'armes américaines aux milices des Unités de protection du peuple kurde (YPG) qui combattent l’organisation État islamique (EI) en Syrie, selon le Pentagone.

    Ces milices, très actives dans le nord du pays, sont la principale composante des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes contre les jihadistes. Le financement "pour fournir une aide aux YPG a été approuvé", a déclaré cette source, qui n'a pas souhaité être nommée.

    Le président américain a autorisé le Pentagone à "équiper" les milices kurdes "autant que nécessaire pour remporter une nette victoire sur l'EI" à Raqqa, le bastion syrien des jihadistes, a déclaré le porte-parole du Pentagone Jeff Davis.

    Le type d'armes qui seront ainsi fournies n'a pas été révélé.

    L'ire d'Ankara

    Cette décision de Washington, très favorable aux Kurdes de l’YPG, risque fort de provoquer l’ire de la Turquie, à moins d'une semaine d'une visite du président  Recep Tayyip Erdogan à Washington le 16 mai. Ce dernier les considère comme l'extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), l’organisation séparatiste qui livre une lutte armée à Ankara depuis 1984 et qui est classée "terroriste" par la Turquie et ses alliés occidentaux.

    D’aucuns estiment que le président turc cherche surtout à tout prix à empêcher l’YPG de constituer une région autonome à sa frontière avec la Syrie. La Turquie a mené des frappes en avril contre un QG des YPG dans le nord-est de la Syrie, faisant 28 morts.

    "Nous sommes pleinement conscient des inquiétudes des Turcs pour leur sécurité", a indiqué Jeff Davis.

    Quelques heures avant l'annonce sur la fourniture d'armes aux YPG, le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis avait déclaré à Copenhague que les États-Unis allaient associer la Turquie aux opérations militaires pour reprendre Raqqa.