[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Lénine à Paris... Où quand la petite histoire rencontre la grande

    1917 Lénine

    Brève publiée le 8 novembre 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://nousnesommesriensoyonstout.wordpress.com/2017/11/08/lenine-a-paris-ou-quand-la-petite-histoire-rencontre-la-grande/

    https://i1.wp.com/rhapsody2000.free.fr/nc1/images/wallpapers/3000/i_3511_lenin_in_paris_lenine_a_paris.jpg

    Reçus par e-mail, ces deux « instantanés » où la roue de la petite histoire rencontre celle de la grande, et de façon « percutante »…

    Elle ne l’a pourtant pas empêché de continuer à tourner…

    IMAGE DU FILM « LÉNINE A PARIS »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9nine_%C3%A0_Paris

    100 ans avant la révolution Vélib, Lénine circulait à bicyclette à Paris…

    Devant les trois appartements qu’il a occupés dans le 14èmearrondissement (c’est toujours émouvant pour des croyants comme nous d’y faire un pèlerinage, même une fois par an), on pouvait, il y a plus de 100 ans, voir Lénine entretenir ou réparer sa bicyclette sur le trottoir.

    La préparation était nécessaire avant de se rendre ici ou là dans la capitale ou en banlieue pour étudier l’histoire de la révolution française à la bibliothèque, améliorer son français avec une amie, ou discuter dans les cafés du quartier dans lequel se tapissaient aussi des espions du Tsar…  

    Voilà donc, non pas un médecin maoïste aux pieds nus, mais, un des rares philosophes au monde qui osait mettre ses mains dans le cambouis…  

    Lénine ne se déplaçait qu’à bicyclette, parfois très loin dans l’Essonne où il a également vécu et travaillé (école des futurs cadres du Parti). Quand nous sommes allés faire un petit pèlerinage à Longjumeau, nous avons retrouvé sous son appartement un restaurant turc… aux employés duquel nous fîmes l’honneur de partager le pain quotidien. Très peu francophones, ils ne comprirent pas bien nos questions et remarques sur l’appartement :

    -« Il y a un vieux monsieur là haut », nous dirent-ils…

    -« Pouvons-nous monter le visiter ? »

    -« Non, non, ce n’est pas possible… »

    Alors un client bien francophone s’immisça dans notre discussion et nous demanda de la manière la plus stupide au monde:

    -« Vous cherchez un hôtel ? »

    Alors, ayant soudain la question kurde à l’esprit, sans savoir très bien pourquoi, nous répondîmes:

    -« Non, Monsieur. Nous disions simplement que dans l’appartement du dessus, avait vécu un grand révolutionnaire »….

    Et comment ne l’aurait-il pas été. Il y a quand même une plaque commémorative sur le mur extérieur qui dit: « Ici a vécu et travaillé en 1911 V. Lénine, théoricien et guide du mouvement communiste universel, fondateur de l’Union Soviétique » »

    IMAGE (d’un film soviétique des années 80 sur son séjour à Paris): En revenant de Juvisy, et peut-être à Longjumeau (à vérifier), Lénine descendait à toute vitesse la rue de droite quand arriva une voiture en bas à gauche, au pied de l’établissement nommé « Le Singe Violet ». Elle le heurta et cassa sa bicyclette. On peut le voir tenant la roue arrière à la main et maudissant le propriétaire; en fait un vicomte:« Que le diable l’emporte », écrivit-il par la suie à sa sœur à qui il a raconta cet accident historique. Il aurait même porté plainte avec un avocat. Il serait intéressant, en cetteveille ô c combien sacréed’anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre, si Lénine obtint effectivement des réparations de la justice bourgeoise de l’époque ou ce que cette affaire est devenue…

    ******************************************************

    *******************************************************

    Droit au Travail, Droit à la Paresse: L’Amour est plus fort que la mort…: Etapes méconnues du Pèlerinage aux Lieux Saints

    Les chroniques historiques révèlent aussi que LENINE et NADEZHDA se rendirent un jour à bicyclette de Paris (donc de leur appartement du 14ème arrondissement – un modeste « Deux pièces-cuisine », peut-être même avec des toilettes sur le palier mais sans télévision et sans fibre optique révolutionnaire de type Orange…) à Draveil, à une vingtaine de kilomètres au sud de Paris, et à bicyclette…

    Le but du déplacement était de rencontrer PAUL LAFARGUE et sa femme LAURA (MARX) chez eux dans leur propre maison…. Mon Dieu, quelle rencontre au sommet ce fut….

    Le révolutionnaire qui, pour la première fois dans l’Histoire de l’Humanité, fit porter au pouvoir la classe ouvrière afin d’imposer dictatorialement le « Droit au Travail », s’entretenait avec celui qui écrirait le « Droit à la Paresse »…

    La maison de Draveil est toujours debout. Une inscription en lettres de feu rappelle qui furent les deux hôtes:

    -Paul Lafargue, mort en 1911: « Cofondateur du Parti Ouvrier Français, Député »

    -Laura Marx Lafargue, morte en 1911: « Militante su socialisme scientifique et pour la défense de la classe ouvrière »

    La tragédie veut qu’en 1911, les deux amoureux se suicidèrent d’un commun accord: pour ne pas, selon les mots du premier, devoir supporter leurs corps affaiblis par une vie de combat pour l’humanité. En fait, et Nadezhda l’aurait remarqué par l’expression même du visage de Laura, cette dernière ne l’aurait pas fait vraiment de son plein gré…

    Il reste que l’inscription en lettres dorées sur la façade de leur demeure dit, de la manière la plus aragonaise qui soit :

    « L’Amour est plus fort que la mort »

    ****************************************

    .

    LENIN?

    .

    .

    .

    STILL

    .

    ALIVE!!