[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Le gouvernement a lancé ses chiens à l’assaut de Bure

Bure Répression

Brève publiée le 22 février 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

"Sortir du Nucléaire": Alerte : le Bois Lejuc près de #Bure est en cours d'expulsion ! Appel à des rassemblements devant toutes les préfectures ce soir à 18h

Les Ziradiés (8h du matin) Des ami.e.s tiennent encore bon dans les arbres à vingt mètres de hauteur face à des dizaines de gendarmes. Besoin de soutien, appel à converger vers Bure.

(Le Monde 8h du matin) Après Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le gouvernement s’attaque au dossier de Bure (Meuse). Dans un tweet publié tôt, jeudi 22 février, le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a annoncé le début de l’opération d’évacuation des opposants au projet d’enfouissement de déchets nucléaires dans ce village de 82 habitants.

Sous l'autorité de la préfète de la Meuse, une opération menée par la @Gendarmerie a débuté ce matin à 6h15 visant…

— gerardcollomb (@Gérard Collomb)

C’est sur ce site qu’est prévu le projet Cigéo destiné à enfouir, dans le sous-sol argileux du village de Bure, 85 000 mde déchets nucléaires à haute activité et à vie longue. Les forces de l’ordre mettent ainsi à exécution une décision de justice prise en avril par le tribunal de grande instance de Bar-le-Duc.

En renfort des associations environnementales hostiles à ce projet d’enfouissement de déchets nucléaires, se sont joints de nouveaux militants, plus jeunes et plus radicaux. Ces derniers se sont installés – en toute légalité – dans un ancien corps de ferme reconverti en « Maison de la résistance », et dans quelques maisons achetées ou louées dans les villages environnants.

Ils ont aussi investi, durant l’été 2016, une forêt de 220 hectares, le bois Lejuc, cédée par la commune de Mandres-en-Barrois à l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), maître d’ouvrage du projet de stockage. Et ils en ont fait un camp retranché, avec barricades, cabanes et vigies dans les arbres. C’est cette forêt qui est évacuée par les forces de l’ordre jeudi matin.

Mise en service prévu vers 2026 ou 2027

L’été dernier, les opposants au projet s’étaient sentis confortés dans leur combat après les réserves émises par l’Autorité de sûreté nucléaire et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, sur la fiabilité du site de stockage souterrain tel qu’il est, pour l’instant, conçu.

Et par la décision de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) de repousser à la mi-2019 la demande d’autorisation de création de Cigéo. La mise en service du « cimetière radioactif » est désormais prévue vers 2026 ou 2027.