[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Process innovant, surprofit et crise

économie

Brève publiée le 23 mai 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.palim-psao.fr/2018/05/la-dynamique-immanente-du-capitalisme-comme-compulsion-de-productivite-process-innovant-surprofit-et-crise.html

La dynamique immanente du capitalisme comme compulsion de productivité

Process innovant, surprofit et crise

.

« Mais, justement, la contradiction de ce mode de production capitaliste réside dans sa tendance à développer absolument les forces productives, qui entrent sans cesse en conflit avec les conditions spécifiques de production, dans lesquelles se meut le capital, les seules dans lesquelles il puisse se mouvoir » (Karl Marx, Le Capital, livre III, p. 251)

1. Le capital comme « contradiction en procès »

   Le procès fondamental de crise n’a nullement débuté avec la crise économique et financière de 2007-2008, il s’origine dans une insoluble autocontradiction inhérente au rapport capitaliste. Ce qui, à terme, rend le mode de production capitaliste intenable, c’est le conflit entre le développement des forces productives et la finalité bornée qu’est la multiplication de la richesse abstraite. Marx va ainsi parler du rapport-capital comme d'une « contradiction en procès ».

   Marx évoque à de nombreuses reprises une contradiction en procès entre le développement des forces productives et les conditions de production, une contradiction qui n'est pas celle des classes et de leurs rapports de force. « Pour lui donner une expression tout à fait générale, voici en quoi consiste la contradiction : le système de production capitaliste implique une tendance à un développement absolu des forces productives, sans tenir compte de la valeur et de la survaleur que cette dernière recèle, ni non plus des rapports sociaux dans le cadre desquels a lieu la production capitaliste, tandis que, par ailleurs, le système a pour but la conservation de la valeur-capital existante et sa mise en valeur maximum » (Karl Marx, Le Capital, livre III, Editions sociales, 1976, p. 243). Cette thèse centrale de sa critique de l’économie politique, Marx l’avait résumée quelques années auparavant dans les Grundrisse : «Le capital est contradiction en procès, en ce qu’il s’efforce de réduire le temps de travail à un minimum, tandis que d’un autre côté il pose le temps de travail comme seule mesure et source de la richesse » (Karl Marx, Manuscrits de 1857-1858 [« Grundrisse »], t. 2, p.194). C’est à cette contradiction en procès que Marx pense lorsqu’il écrit : « La véritable barrière de la production capitaliste, c’est le capital lui-même » (Marx, Le Capital, livre III, p. 244). Le développement des forces productives mis en route par le capital devient ainsi, tôt ou tard, incompatible avec la production de richesse bornée du capitalisme.

   Le but autoréférentiel de la valorisation capitaliste – accumuler toujours plus de quantum de « travail mort » en exploitant une base toujours plus large de travail vivant dans la production de marchandises – entre en contradiction avec une autre dynamique systémique qui relève également de l’essence de la logique capitaliste. Dans sa structure aliénée, le travail particulier de chaque individu exploité est validé socialement comme forme phénoménale du travail abstrait mais également en référence à un standard social général présupposé – le travail socialement nécessaire – c’est-à-dire en fonction du temps de travail qui correspond au niveau de productivité de la société en un moment donné. Or cette norme temporelle qui se dresse en face des individus exploités n’est jamais fixe, et se trouve en constante diminution du fait de la concurrence. La sphère fonctionnelle de l’économie d’entreprise y est l’objet d’une dynamique permanente de compulsion de la productivité.

2. Concurrence, surprofit et compulsion de productivité

  En appliquant de nouvelles manières de rationalisation afin d'augmenter la productivité, chaque entreprise sait qu’elle abaisse le temps de travail nécessaire à la fabrication des marchandises au-dessous de la norme sociale en vigueur à ce moment-là. 

   La productivité dépendant du caractère social de la face concrète du travail (ce caractère social inclut le savoir et l’expérience scientifique, technique et organisationnelle), son augmentation consiste dans le principe de la réduction de ce temps de travail nécessaire (augmentant ainsi le temps de surtravail). Cette dernière s’effectue historiquement d’abord en brisant le procès de travail en ses différents éléments, puis par l’introduction de machines, vient ensuite l'OST tayloriste-fordiste et enfin à partir des années 1980, la lean production. La sphère fonctionnelle de l'économie entreprise forme un procès de travail intrinsèquement capitaliste car il est matériellement façonné par le procès de valorisation. 

   Les premiers capitalistes dans cette course sont momentanément récompensés parce qu’ils peuvent vendre leur marchandise avec une marge bénéficiaire supplémentaire, c’est-à-dire réaliser un « surprofit » (appelé aussi « survaleur extra » par Marx [1]), ou augmenter leurs parts de marché aux détriments des concurrents, et ainsi s’approprier une part plus importante de la masse de valeur socialement produite.

   Puis, progressivement, au fur et à mesure que ces inventions se diffusent dans les entreprises qui peuvent acquérir les moyens d’augmenter leur productivité, et alors qu’une partie des entreprises ne pouvant plus suivre sont littéralement éliminées, la norme sociale change, elle bascule vers le niveau de productivité accéléré qui auparavant permettait momentanément la réalisation d’un surprofit, et qui maintenant ne le permet plus, puisque c’est ce nouveau niveau de productivité accélérée qui est désormais la nouvelle norme sociale de productivité. 

   Mais cette dynamique immanente au fonctionnement du capitalisme est incessante, les entreprises étant en permanence à la recherche de nouvelles inventions et process innovants permettant bientôt, de réaliser une nouvelle fois le moment d'un surprofit (survaleur extra). Cette relation interne entre concurrence, process innovant et surprofit momentané, constitue une dynamique fondamentalement directionnelle du mode de production capitaliste, qui s'exprime par une compulsion de productivité. Un nouveau cycle de translation de la norme sociale s’engendre continuellement, avec l’élimination des entreprises ne pouvant pas suivre (ces capitalistes et la capacité de travail achetée, sont éliminés du marché). 

   Une formation sociale qui se médiatise au travers du travail abstrait et qui se trouve par-là livrée à la contrainte aveugle de l’accumulation infinie de quantités de valeur abstraite tend ainsi nécessairement au développement de méthodes qui reproduisent cette contrainte à une échelle toujours plus grande. Au centre du processus de valorisation se trouve donc l’accroissement perpétuel de la production pour la production sous la forme d’un débit croissant de corps de marchandises représentant du « travail mort » (et son envers, la destruction de la Terre, de son sous-sol jusqu'à son atmosphère). Cette compulsion continue à l’augmentation de la productivité marque toute l'histoire du capitalisme depuis le XVIIIe siècle.Cette compulsion se fonde « dans la forme-marchandise – tant dans les impératifs ‘‘ objectifs ’’ que dans les valeurs culturelles et les visions du monde qui, associées à cette forme, poussent à rendre le procès de travail aussi efficace que possible » (Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, Mille et une nuits, 2009, p. 485).

3. Niveaux micro et macro de la dynamique immanente

   Au niveau de la micro-économie de l'entreprise et du sujet économique particulier qui considèrent aveuglément la forme sociale capitaliste comme un fondement naturel, cette dynamique apparaît sous la forme de la nécessaire « compétitivité » de l'entreprise, dont l'autre face est sa « productivité » interne. « Compétitivité » et « productivité » sont ici les deux faces du procès de travail comme procès de valorisation. Ces catégories fonctionnelles à l'économie d'entreprise sont des formes de pensée objectives enracinées dans le caractère bifide du travail.

Il existe pour les entreprises, trois grands types de situation au sein d'une telle dynamique immanente au capitalisme :

1. Les entreprises qui ont un problème de compétitivité, parce qu'elles sont en deçà de la norme sociale de productivité du moment. Si elles ne peuvent y faire face, elles seront bientôt en « défaillance », « liquidation » ou « cessation ». 

2. Celles qui après une « restructuration réussie » du procès interne de travail, ont élevé leur productivité, et sont dès lors autour de la norme sociale en vigueur.

3. Les entreprises qui font leur « Sturm und Drang » de productivité comme dit Marx, c'est-à-dire qui, au travers de nouveaux process innovants dans le procès de travail interne, produisent plus vite encore que la norme sociale en vigueur, ce qui leur permet momentanément de réaliser du « surprofit » et d'élargir leurs parts de marché.

   Ces trois situations et la concurrence qui va avec, forment une détermination essentielle de la « guerre économique » permanente qui règne dans la société capitaliste, une lutte à mort entre les différents « possesseurs de monnaie ». Il y aura des gagnants et forcément des perdants. En France, 54 572 entreprises ont fait l'objet en 2017 d'une procédure de sauvegarde, ont été placées en redressement judiciaire ou mises en liquidation, tandis que dans le même moment, 198 000 sociétés et 151 000 entreprises individuelles hors micro-entrepreneuriat ont été créées. 

   Au niveau macro-social, cette dynamique immanente est perçue de manière superficielle et apologétique dans la pensée fétichisée, sous la forme d'un processus de « destruction créatrice » (Schumpeter) ou, ce qui revient au même, de l'opposition entre l' « ancien monde » et le « nouveau monde » (Macron), mais toujours de manière immanente au monde des rapports sociaux capitalistes. Ce mécanisme de base au cœur de la dynamique immanente du capitalisme, constitue la détermination fondamentale au fait que le capitalisme est toujours en mouvement. Le capitalisme ne connaît pas de restructuration, il n'existe fondamentalement quecomme une restructuration permanente. 

   Cette dynamique immanente, qui entraîne une continuelle compulsion de la productivité tout au long de l’histoire du mode de production capitaliste, explique les différentes « révolutions industrielles » depuis le début du XIXe siècle, et s'accompagne de l'idéologie apologétique-affirmative de cette même dynamique, l'idéologie du « progrès » (ou du mouvement, de la vitesse, etc) qui tire toujours sur le plan culturel-symbolique l'ensemble du capitalisme vers son propre futur niveau de restructuration. 

   En ce début du XXIe siècle, à côté de la possibilité de l'élargissement de la production de capital fictif dans le secteur privé à partir de la sécrétion de nouveaux « porteurs d'espoir » (Trenkle et Lohoff) par la « star-up nation », la 4ème révolution industrielle et son « choc de productivité » escompté, constituent maintenant le dernier espoir de l'idéologie apologétique capitaliste qui craint, faute d'un nouveau « choc de productivité », la « stagnation séculaire ».

4. La crise du capitalisme comme procès historique de désubstantialisation

   Cependant, à la longue, le système entier y perd, parce que les technologies remplacent la substance même de ce qui fait le but autoréférentiel de la valorisation - le travail. Cette diminution progressive de la substance travail en tant que substance valeur du capital, liée à l’obsolescence croissante du travail, constitue un procès historique, immanent à la logique du capital, de désubstantialisation [2].

   La délocalisation de certaines industries d’exploitation et l’extension du travail de masse dans les pays retardataires du marché mondial n’établit nullement le fondement d’une nouvelle poussée d’accumulation capitaliste auto-entretenue. Une partie du travail de masse dans les usines à bas salaires du marché mondial n’est pas validé socialement, puisque la mesure de la valeur sociale en vigueur est dictée par les secteurs évoluant sur les niveaux de productivité les plus avancés. 

   Une fois passé les mécanismes de compensation, en évacuant massivement la force de travail de la sphère de la production, la compulsion de productivité a mis en crise le capitalisme et l’ensemble de ses sphères fonctionnelles dérivées touchant à la reproduction du rapport capitaliste dans son ensemble.

Notes :

[1] Karl Marx, Le Capital, Livre III, Editions sociales, 1976, p. 181.

[2] On le dit rapidement ici, pour une présentation détaillée de l'insoluble autocontradiction inhérente au rapport capitaliste, voir en français, Norbert Trenkle et Ernst Lohoff, La Grande dévalorisation. Pourquoi la spéculation et la dette de l'Etat ne sont pas les causes de la crise, Post-éditions, 2014 ; et Ernst Lohoff, «  Autodestruction programmée. À propos du lien interne entre la critique de la forme-valeur et la théorie des crises dans la critique marxienne de l’économie politique », in revue Illusio, n°16-17, éditions Bord de l'eau, 2017.