[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Faute d’enseignants suffisants, les futurs profs pourraient être recrutés dès bac +3

Brève publiée le 12 juin 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.francetvinfo.fr/bac/faute-d-enseignants-suffisants-les-futurs-profs-pourraient-etre-recrutes-des-bac-3_2788159.html

Après avoir relevé le niveau des concours de l'enseignement à bac +5 il y a quelques années, le ministère de l'Éducation nationale songe à recruter à partir d'un bac +3. Un rapport de la Cour des comptes va dans ce sens, car le métier ne fait plus rêver.

Ce serait une nouvelle révolution dans le monde de l'Éducation nationale. Alors que les futurs enseignants doivent depuis quelques années justifier de cinq ans d'études après le bac, le ministère réfléchit désormais à "pré-recruter" dès bac +3.

Selon un rapport de la Cour des comptes, il faut en effet attirer rapidement davantage de candidats, pour un métier qui ne fait plus rêver. Avec ces pré-recrutements, les étudiants de licence qui se destinent à l'enseignement pourraient déjà mettre un pied dans l'Éducation nationale.

Encourager les vocations

Ces étudiants passeraient un premier concours à bac +3. Ils seraient formés et rémunérés pendant un ou deux ans, sans forcément être tout de suite mis devant une classe, avant de valider définitivement le concours lors d'un oral.

"Nous avons un besoin évident de pré-recrutement, c'est à dire des personnes qui se destinent à la fonction de professeur, à qui on donne les moyens de s'engager dans cette carrière", explique Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale. "Cela peut se passer de différentes manières, par exemple en ayant plus d'assistants d'éducation dont la vocation est de devenir professeur. Tous les systèmes qui permettent d'encourager le plus en amont possible la vocation professorale sont des bons systèmes."

Une promesse de campagne d'Emmanuel Macron

Pour attirer de nouveaux candidats aux concours, le ministre réfléchit également à une prime de 3 000 euros pour les enseignants en réseau d'éducation prioritaire (REP), les zones les plus difficiles. Il s'agissait d'une promesse de campagne d'Emmanuel Macron, les négociations débutent dans les prochains jours avec les syndicats.

Dans tous les cas, la crise des vocations s'amplifie. Cette année, pour les concours de professeur d'allemand et de lettres classiques, il y a moins de candidats admissibles que de postes à pourvoir, avant même les oraux. Même chose pour les concours de professeurs des écoles dans les académies de Créteil et Versailles.