[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Ryanair: nouvelle grève vendredi

Brève publiée le 8 août 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.anti-k.org/2018/08/07/ryanair-nouvelle-greve-vendredi-de-nombreux-vols-concernes-en-europe/

Par  le figaro.fr – AFP agence – Publié le 07/08/2018

Le personnel de la compagnie demande de meilleurs salaires et une amélioration des conditions de travail. Plusieurs avions devraient rester au sol en Irlande, en Suède, en Belgique, et d’autres pays pourraient être concernés. Les voyageurs français seront indirectement touchés.

Encore une grève dans le transport aérien, mais cette fois, elle n’est pas française. Les pilotes de la compagnie Ryanair appellent à une journée de grève vendredi 10 août en Irlande, en Suède et en Belgique. La compagnie avait déjà dû annuler 600 vols les 25 et 26 juillet, suite à une grève organisée par le syndicat irlandais Forsa,ainsi que vendredi 3 août. Le conflit, qui porte sur les conditions de travail et de meilleurs salaires, s’est envenimé depuis que Ryanair a annoncé la semaine dernière vouloir transférer des avions de Dublin vers la Pologne, ce qui pourrait coûter leur emploi à 300 personnes, dont 100 pilotes.

Un conflit ouvert qui pourrait impliquer d’autres pays

D’autres pays pourraient subir des annulations de vols, les pilotes en Allemagne et aux Pays-Bas envisageant de rejoindre l’action, même si rien n’est confirmé pour l’heure. Selon le site de l’hebdomadaire belge le Vif, un ultimatum du syndicat allemand Vereinigung Cockpit n’a été suivi d’aucun accord. En Espagne, les salariés demandent simplement à être affiliés au droit du travail de leur pays d’embauche, alors que certains contrats restent sous droit irlandais. L’affaire est d’ailleurs devant les tribunaux: le syndicat SEPLA a annoncé avoir porté plainte à Madrid contre Ryanair pour des «irrégularités» dans les contrats des pilotes. Dans un communiqué, le syndicat a assuré qu’ «après une année de négociations, le refus de Ryanair de le reconnaître et d’appliquer le droit du travail espagnol pour ses pilotes opérant en Espagne l’oblige à emprunter la voie judiciaire», en déposant une plainte.

En raison de la crise et des annulations de vols, le directeur général du groupe Michael O’Leary a renoncé à son bonus au titre de 2018, et le groupe a annoncé dans un communiqué qu’il était prêt à une médiation avec Forsa pour résoudre le conflit, après deux réunions infructueuses avec le syndicat. En attendant d’éventuels accords, de nombreux touristes européens vont faire les frais du conflit social. Par ricochet, les touristes français en partance ou arrivant des pays concernés pourraient bien voir de nombreux vols être annulés: le site de l’aéroport de Beauvais-Tillé renvoie dès maintenant vers la compagnie, qui doit communiquer ses prévisions.


Cadences effrénées, forte pression… le quotidien alarmant des pilotes de Ryanairlefigaro.fr Par  Clémentine Maligorne  Valérie Collet

  •  lefigaro.fr – Mis à jour

le 30/11/2017 

TÉMOIGNAGES – La compagnie irlandaise, qui a été contrainte d’annuler des milliers de vols jusqu’à fin mars, est confrontée à une mobilisation inédite de ses pilotes. Trois d’entre eux, qui travaillent ou qui ont travaillé pour Ryanair racontent leurs conditions de travail.

Depuis deux mois, les langues se libèrent au sein des équipes navigantes de Ryanair. Alors que le premier transporteur européen a été contraint d’annuler brutalement plus de 18.000 vols jusqu’à fin mars 2018 notamment à cause d’une mauvaise gestion des congés de ses pilotes mais aussi de nombreux départs, trois pilotes qui travaillent ou qui ont travaillé pour la compagnie irlandaise à bas coût ont accepté de témoigner auprès du Figaro, sous couvert d’anonymat, de leur quotidien chez Ryanair.

» LIRE AUSSI – La crise des pilotes fait tanguer Ryanair

Des cadences de travail à la «limite de la légalité»

Après avoir volé durant 10 ans en tant que commandant de bord pour la compagnie aérienne irlandaise, Jacques* «revit» depuis qu’il a quitté l’an dernier Ryanair pour une autre low-cost offrant une meilleure qualité de travail. «Après avoir changé d’employeur, je me suis rendu compte dans quel état de fatigue j’étais quand je travaillais pour Ryanair. J’acceptais beaucoup de choses sous la pression morale et temporelle.» Il décrit des cadences de travail très soutenues, à la «limite de la légalité»: des journées de 13 heures de service, 900 heures de vol par an, «des seuils maximum autorisés pour un pilote, mais pour Ryanair qui sont la norme», souligne-t-il. Il évoque des avions qui tournent «18 heures par jour pour pouvoir être rentables», et des équipages qui enchaînent souvent jusqu’à six étapes dans une journée, le maximum légal.

«Des micro-siestes de 10 minutes» dans le cockpit

Jacques, ancien pilote de Ryanair.

«Personnellement ça m’est arrivé de m’endormir dans le cockpit, de faire des micro-siestes de 10 minutes car je n’arrivais plus à lutter, confie Jacques. J’étais censé répondre à la radio mais mon copilote l’a fait à ma place. Ça n’arrive pas que chez Ryanair, mais c’est régulier.» Georges*, la cinquantaine, est commandant de bord depuis trois ans chez Ryanair. Salarié de la compagnie, avec un contrat de travail irlandais. Pilote expérimenté, il confirme que le rythme est particulièrement soutenu et avoue aussi: «Ça m’est déjà arrivé de dire à mon collègue copilote, je vais dormir pendant 10 minutes, de manière à récupérer, pour tenir le coup».«Aucun pilote ne dort dans le cockpit», rétorque de son côté la compagnie, précisant que les pilotes «volent 18 heures par semaine et bénéficient de quatre jours de repos – un week-end double après 5 jours de travail».

Comparé aux hôtesses de l’air et aux stewards, les commandants de bord se disent toutefois «bien traités». «Durant les rotations (le temps où l’avion arrive et repart), une hôtesse doit s’occuper du débarquement des passagers, du nettoyage de l’avion, vérifier les équipements de sécurité, puis réembarquer 200 personnes, tout ça en 25 minutes, détaille Jacques. Une fois que l’avion est parti, elle doit alors vendre, vendre et encore vendre. Souvent, elle ne peut même pas manger ou s’asseoir en 10 heures de vol, alors que nous, les pauses, on les prend en vol, entre une fin de montée et un début de descente. C’est encore gérable.»

Des menaces sur les résultats de ventes à bord

Hôtesses et stewards «subissent des pressions et des menaces permanentes sur leurs résultats de ventes de produits à bord des appareils», assure ce pilote qui raconte avoir assisté plus d’une fois à des scènes où des hôtesses fondaient en larmes après avoir été recadrées par leur hiérarchie. Deux courriers types adressés à des personnels navigants, qui ont été transmis au Figaro, témoignent en effet de cette pression exercée sur les PNC (hôtesse de l’air et steward). Sont listés une dizaine de produits (cosmétiques, parfums, cadeaux, snacks, boisson, etc…) avec les statistiques de vente. Dans ces deux lettres, il est reproché au destinataire du courrier de ne pas avoir assez vendu sur une période allant du 1er avril au 19 novembre.

«Cette performance n’est pas acceptable et il est clair que vous n’avez pas fait convenablement votre travail à bord», peut-on lire. «Ces revenus annexes sont importants pour Ryanair et notre équipage reçoit 10% de tout ce qui est vendu à bord», souligne le manager. «Je dois ajouter que votre performance sera surveillée attentivement durant les deux prochains mois. S’il n’y a pas de progrès significatif vous serez soumis à une procédure disciplinaire.» Interrogée, Ryanair affirme ne pas envoyer ce genre de courriers… «Il n’y a pas de pression pour vendre à bord, nous assure-t-on. Les membres d’équipage sont incités à vendre des produits à bord et sont récompensés par des primes de vente.»

«Statistiques sur la consommation de carburant»

Les commandants de bord ressentent eux aussi une pression exercée par la hiérarchie qui prend son personnel «rien moins que pour un outil de production». «Tous les mois, on nous demande nos statistiques sur la consommation de carburant. On doit voler à des vitesses économiques, moins vite que les autres. Moi je n’y prête aucune attention, mais certains pilotes se mettent une pression supplémentaire avec ça», rapporte Georges. Là encore, Ryanair assure ne pas exercer ce type de pression en dépit des témoignages.

Lorsqu’il était encore salarié de Ryanair, Jacques, lui, raconte cependant avoir tenu plusieurs fois tête à sa hiérarchie. «Pour avoir refusé d’assurer un dernier vol après une journée particulièrement compliquée et fatigante pour l’équipage, j’ai été convoqué deux fois à Dublin. On m’a bien fait comprendre que ça ne devait plus se reproduire. J’étais pourtant arrivé à la limite réglementaire de mon temps de travail. L’équipage et moi-même n’étions plus aussi frais et réactifs, c’était une question de sécurité», ajoute le commandant de bord qui travaille maintenant pour une autre compagnie aérienne. «Il y a en effet une pression pernicieuse de la part du management chez Ryanair. Quand on appelle Dublin, jamais un bonjour, ni au revoir, ni merci», renchérit Georges. «Pendant nos jours de récup il n’est pas rare qu’ils nous appellent pour qu’on vienne bosser. Et beaucoup n’osent pas dire non.»

Toutefois, ce pilote, salarié de la compagnie irlandaise, s’estime encore chanceux et privilégié par rapport à d’autres collègues. «Les conditions sont bien plus dures pour les jeunes qui commencent», dénonce-t-il. Car chez Ryanair, la majorité des pilotes – une minorité selon Ryanair – sont employés en tant qu’autoentrepreneurs via une multitude de petites structures juridiques ad hoc de droit irlandais. Ce sont souvent de jeunes recrues qui débutent dans le métier et qui sont payées à l’heure de vol (entre 130 et 140 euros de l’heure pour un commandant de bord – plus de 170 euros selon Ryanair) mais pas sur leur temps de travail au sol.

«Autoentrepreneur parce que je n’ai pas eu le choix»

Mike*, 28 ans, fait partie de ceux-là. Il a commencé sa carrière dans la compagnie irlandaise il y a trois ans. «J’ai un statut d’autoentrepreneur parce que je n’ai pas eu le choix, explique-t-il. Le briefing, les temps d’attente à la suite de retards ou d’incidents techniques ne sont pas comptabilisés et pas rémunérés. Sans compter le temps passé pour me rendre sur une autre base que la mienne lorsque c’est le cas.»

Sa rémunération globale est d’environ 35% supérieure au salaire qu’il pourrait percevoir en France. «Mais je dois prendre en charge mon assurance maladie, mettre de l’argent de côté pour ma retraite et payer mes frais de transport et de logement lorsque je me rends dans une autre base de la compagnie pour prendre mon service, détaille-t-il. Je suis remboursé par la compagnie, mais sur une base forfaitaire de 150 euros pour un vol et une nuit sur place, assure-t-il. Si je suis malade et que je ne peux pas prendre mon service, je fais une requête. Au bout de deux absences, je suis convoqué au siège pour une réunion et au bout de trois, mon contrat est rompu.»

En outre, les jeunes recrues doivent payer de leur poche 29.500 euros de formation pour voler chez Ryanair, ce que la compagnie dément. «Ces jeunes, sans expérience, à qui l’on demande au passage de devenir des chefs d’entreprise, se retrouvent en plus avec un prêt sur le dos», assure pourtant Georges. «Ça leur met un sérieux stress» ajoute ce commandant de bord qui a déjà 30 ans d’expérience au compteur. «Je n’ai pas à me plaindre de ma situation à côté des jeunes pilotes. Mais Ryanair, c’est vraiment le low cost du low cost. C’est dommage, car dans le fond, la compagnie se porte bien. Mais si demain, une autre compagnie comme Norwegian Airlines ou Easyjet s’installe près de chez moi, je n’aurais aucun scrupule à partir.» Preuve, s’il en est, que l’herbe n’est pas si verte que ça chez Ryanair.

* Le prénom a été changé