[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Belgique: le PTB passe de 50 à 156 élus locaux

Belgique

Brève publiée le 15 octobre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.editoweb.eu/nicolas_maury/Le-PTB-passe-de-50-a-156-elu-e-s-locaux-une-percee-historique-a-Bruxelles-en-Wallonie-et-en-Flandre_a13559.html

« Je suis un président de parti heureux parce que, avec les résultats que nous avons déjà, nous avons atteint nos objectifs dans l'ensemble du pays. Pour la première fois, nous sommes passés d'un phénomène urbain principalement à Anvers et à Liège à une percée dans presque quasiment toutes les grandes villes et villes moyennes de Wallonie, Bruxelles et de Flandre. Nous passons de 50 à 156 élus locaux », a réagi Peter Mertens, président du PTB, aux premiers résultats, à Anvers.

; title="Le PTB passe de 50 à 156 élu.e.s locaux, une percée historique à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre" target="_blank">Le PTB passe de  50 à 156 élu.e.s locaux, une percée historique à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre

« En Région bruxelloise, nous nous ancrons dans la réalité locale en passant de 2 élus dans à peine 2 communes à 36 élus dans 7 communes. Concrètement, nous perçons à Bruxelles-Ville, Anderlecht, Molenbeek, Schaerbeek, Saint-Gilles, Forest et Ixelles. » 

« En Wallonie, les résultats sont encore loin d'être complets, mais ils semblent très bons. Nous faisons une percée dans les grandes villes, les villes moyennes et la banlieue rouge de Liège. Nous nous présentions pour la première fois à Tournai, à Verviers, à Huy où nous entrons chaque fois au conseil communal. 

A Charleroi, nous atteindrions environ 15 % et aussi à La Louvière. A Liège et dans les communes populaires de l’agglomération liégeoise, nous atteignons entre 15 et 25 %, comme à Seraing et Herstal », ajoute Peter Mertens. 

« En Flandre, où nous perçons aussi, nous avons travaillé d’arrache-pied, dans des conditions difficiles, où il fallait montrer que la gauche authentique pouvait percer. A Gand, les résultats ne sont pas encore définitifs, mais pour l'instant, nous sommes entre 2 et 3 élus. A Hasselt, où nous nous présentions pour la première fois, nous avons 2 élus. A Louvain, Line De Witte rejoint le conseil municipal. Et nous avons au moins un siège aussi à Turnhout, à Geel, à Brasschaat, à Sint-Niklaas, à Malines, à Genk... A Anvers, nous progressons également à 8,7% et nous avons 4 sièges au conseil communal et 19 sièges aux conseils de district, alors que l’empereur d’Anvers avait jeté toutes ses forces dans la bataille dans une campagne particulièrement rude », explique Peter Mertens. 



En Wallonie et à Bruxelles, les partis gouvernementaux qui ont mené des politiques antisociales et parfois trempé dans des affaires sont sévèrement sanctionnés. Ils perdent souvent ensemble plus de 15 %. Et à l’inverse, c’est la gauche authentique qui majoritairement progresse. Et, dans une moindre mesure, Ecolo (dans le Hainaut: +9,4 % pour le PTB, +2,8 % pour Ecolo). 

« Dans la campagne, les partis traditionnels ont beaucoup discuté de places et de coalition. A l’inverse, le PTB est venu avec du fond. Nous avons réussi à imposer des thèmes qui n’auraient pas trouvé d’écho sans notre campagne. Le logement de qualité et social. Le transport urbain public gratuit, et son importance pour l’écologie. Le thème de la gouvernance avec la division par deux du salaire des bourgmestres dans les grandes villes, parce que les élus doivent vivre comme le peuple et pas dans un autre monde », développe Raoul Hedebouw, porte-parole national du parti, à Liège. 

« Ce soir on va prendre le temps de faire la fête. Mais demain matin s’ouvre une nouvelle séquence. Nous avons une responsabilité importante comme force émergente de gauche. Une responsabilité importante qui se déclinera de deux manières. D’abord la lutte. Tous nos élus et notre parti seront au service des luttes locales et nationales. Notre avancée doit se traduire par une avancée de la résistance sociale. En trois ans, près de 9 milliards sont passés des salaires vers les profits. Cette richesse, les travailleurs doivent la récupérer. Et les élections ne suffisent pas. Ensuite, lors des élections de mai 2019. A ce moment là, tout le monde pourra voter pour le PTB et bousculer le gouvernement fédéral », a encore dit Raoul Hedebouw. 

« Je voudrais du fond du coeur remercier au nom de la direction du PTB nos 14 000 membres pour tout le travail qu’ils ont fait dans cette campagne. Le PTB a continué à grandir au cours de la campagne. Nous sommes devenus plus forts en terme de membres, de sections et surtout d'idées et de militantisme. Je suis incroyablement fier de vous, merci. Merci beaucoup pour tous vos efforts », a conclu Peter Mertens. 

PTB