[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Les dockers de Calais soutiennent les gilets jaunes

Gilets-jaunes

Brève publiée le 24 novembre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.revolutionpermanente.fr/Les-dockers-de-Calais-soutiennent-les-gilets-jaunes

Ce jeudi soir, à Calais la fédération nationale des ports et docks CGT s'est mis d'accord et a voté d'apporter leur soutien aux gilets jaunes. Ils se sont dit prêts à venir en renfort dans les actions, car les salariés sont aussi concernés par certaines revendications des gilets jaunes.

Ce jeudi soir, à Calais la fédération nationale des ports et docks CGT s’est mis d’accord et a voté d’apporter leur soutien aux gilets jaunes. Ils se sont dit prêts à venir en renfort dans les actions, car les salariés sont aussi concernés par certaines revendications des gilets jaunes.

C’est avec les raffineries le deuxième secteur stratégique, dont les syndicats appellent clairement et sans ambiguïté à rejoindre les gilets jaunes. Depuis quelques jours, c’est une question qui se fait de plus en plus entendre chez les maillots jaunes : "Mais que font les syndicats ?"

Les directions syndicales tergiversent et n’appellent pas à rejoindre un mouvement aussi hétéroclite, alors que les organisations des travailleurs pourraient avancer des revendications de hausse des salaires pour répondre à la préoccupation du pouvoir d’achat. Puisque localement les bases syndicales commencent à prendre conscience que malgré les velléités qu’ont certains gilets jaunes envers les structures syndicales en clamant haut et fort d’être "apolitique" et "asyndical", bon nombre sont tout de même conscient que la bataille sans les travailleurs et sans les syndiqués cela risque d’être difficile de faire vriller un gouvernement aussi inflexible.