[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Safari contre la vérité sur la présence impérialiste

Brève publiée le 13 mai 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://aplutsoc.org/2019/05/12/safari-contre-la-verite-sur-la-presence-imperialiste/

Voila maintenant 3 jours que s’accumulent sur FB les messages « hommage à nos soldats et honte aux deux abrutis » et qu’on se fait traiter de complotiste si on émet le moindre doute sur les communiqués gouvernementaux.

Un article du Monde en l’occurrence remet donc les pendules à l’heure sur un point : la zone du Nord-Bénin n’était pas désignée comme dangereuse avant que l’enlèvement de ces personnes ne s’y produise.

Par contre, les rapports sérieux, non médiatisés, font état par exemple de 86 morts et d’enlèvements de civils, pour la seule semaine du 22 au 28 avril dans 9 secteurs du Mali, 6 du Burkina, 2 au Niger, pour 2 arrestations (source : Think Peace Sahel). La plupart de ces faits ne relèvent pas de groupes « djihadistes » identifiés mais de groupes armés non identifiés, qui peuvent ou non se révéler djihadistes.

En réaction à la volonté des peuples, fortement exprimée ces dernières années au Burkina ou au Mali, de prendre leurs affaires en main, l’interventionnisme systématique, les agressions islamistes, l’affaissement des États en tant que services publics (mais non en tant que groupements armés), sont en train de produire un effondrement.

Le plus grave est sans doute la diffusion de groupes djihadistes qui ne sont pas du type AQMI, c’est-à-dire mafieux et issus de morceaux de l’État libyen effondré en 2011 (combien de nervis de Kadhafi se sont-ils habillés en « djihadistes » ?), mais celle de groupes de type Boko Haram recrutant des pauvres ados en déshérence et jouant sur les questions ethniques.

Dans cet effondrement la présence militaire française ne fait pas partie de la solution, mais du problème, comme on l’a vu de manière accablante en Centrafrique.

Il est donc raisonnable de penser que la mise en exergue outrancière de cet enlèvement, sa prise en main médiatique par Emmanuel Macron qui, dans le même temps, poursuit des opérations nullement anti-djihadistes mais fortement liées aux affaires louches de la Idriss Déby-Alexandre Benalla connexion, dans le Nord du Tchad, tout en armant les deux camps en lice dans la nouvelle guerre civile libyenne, il est raisonnable de penser que ces roulements de tambour ne nous disent pas tout.

Il est aussi permis de craindre que le battage fait autour des « islamistes peuls » en cause, à ce qu’il semble, dans cette affaire, ne fournisse de prétexte à de nouveaux massacres de prétendus « chasseurs dogons » contre les peuls.

Ce battage vise aussi à faire passer pour indispensable une présence militaire qui, pourtant, vient de connaître là l’un de ses fiascos supplémentaires maquillé en haut fait héroïque !

Troupes françaises hors d’Afrique comme djihadistes hors d’Afrique, place à la démocratie de la majorité du peuple qui, de Ouaga à Bamako, a déjà fait la preuve de sa capacité à établir la sûreté des citoyens quand on ne l’interdit ou qu’on ne la court-circuite pas !

VP, le 12-05-2019.