[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Élections européennes - Cette interview que vous ne lirez pas dans nos colonnes

Brève publiée le 23 mai 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.lavoixdunord.fr/586132/article/2019-05-21/cette-interview-que-vous-ne-lirez-pas-dans-nos-colonnes#Echobox=1558414304

Emmanuel Macron donnait ce lundi une interview sur l’Europe à la presse régionale. Voici pourquoi nous n’avons pas accepté l’invitation.

Vous ne trouverez ni dans ce journal ni sur notre site l’interview complète qu’Emmanuel Macron donnait ce lundi à la presse quotidienne régionale (PQR) ou, plutôt, à une partie d’entre elle devrait-on écrire. Nous vous devons donc quelques explications. Neuf journalistes de « grands titres » régionaux, dont La Voix du Nord, avaient été conviés à poser leurs questions sur l’Europe au président de la République. Une interview d’une heure trente, encadrée de façon inédite puisque les participants devaient s’engager à coécrire sur place une version unique des réponses présidentielles, puis à la soumettre à la relecture de l’Élysée avant toute publication du texte validé.

La PQR, c’est 18 millions de lecteurs, une soixantaine de titres, autant de lignes éditoriales et de pratiques différentes. À La Voix du Nord par exemple, depuis le 15 janvier 2018, nous n’acceptons plus la relecture des interviews avant parution, une demande quasi générale des politiques français de portée nationale dirons-nous. C’est notre décision, nous respectons ceux qui font le choix inverse avec des arguments qui s’entendent. En tout cas, cet engagement très soutenu à l’époque par nos lecteurs aurait suffi à expliquer qu’on laisse la chaise vide.

Mais une autre préoccupation nous habite : l’équilibre dans le traitement politique d’une campagne électorale. Même si les directives du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ne s’appliquent ni à la presse papier ni aux sites internet mais aux chaînes de télévision et aux radios, nous veillons à ne pas avantager une liste par rapport à d’autres. En s’invitant dans la presse régionale à cinq jours du scrutin, alors que son engagement pour la liste Renaissance ne fait aucun doute, il nous a semblé qu’Emmanuel Macron rompait cet équilibre essentiel au débat démocratique. En tout cas dans nos colonnes, si nous avions décidé de publier ce texte.