[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Education : appel de la coordination nationale réunie à la bourse du travail le 21 décembre

    Décembre2019 éducation

    Brève publiée le 23 décembre 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    DANS L'ÉDUCATION AUSSI, PAS DE RETRAIT, PAS DE TRÊVE !

    APPEL DE LA COORDINATION NATIONALE DES AG ET COLLECTIFS EN LUTTE CONTRE LES RÉFORMES BLANQUER ET LA RÉFORME DES RETRAITES

    BOURSE DU TRAVAIL DE PARIS, LE SAMEDI 21 DÉCEMBRE 2019

    Des personnels mobilisés de l'Éducation en provenance de 12 académies (Aix-Marseille, Créteil, Grenoble, Nancy-Metz, Montpellier, Nantes, Paris, Reims, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Versailles), ont participé, pour certains à distance en raison de la grève des transports, à la Coordination nationale des AG et collectifs en lutte contre les réformes Blanquer et la réforme des retraites, qui s'est réunie le samedi 21 décembre à Paris, pour la deuxième fois depuis le début du mouvement de grève.

    Depuis le 5 décembre, l'Éducation nationale connaît un mouvement historique de grève en continu, avec notamment trois journées de grève majoritaire en moins de deux semaines, à la fois dans le 1er et 2nd degrés, et des reconductions dont l'ampleur a pris de court le Ministère. Le mouvement s'étend même jusque dans des établissements habituellement peu mobilisés.

    L'Éducation reste l'un des secteurs les plus mobilisés dans la grève. Les cortèges unitaires Éducation et les assemblées générales restent les plus massifs depuis 10 ou 20 ans, même à l'approche des vacances scolaires. Fait nouveau, les personnels de l'Éducation prennent une part active et massive aux AG et aux actions interprofessionnelles.

    Aujourd'hui, le secteur de l'Éducation peut profiter de cet élan pour mettre en échec la stratégie du gouvernement, qui veut utiliser les vacances scolaires et les fêtes de fin d'année pour isoler et étouffer les secteurs en grève reconductible, en particulier la SNCF et la RATP.

    La meilleure manière de préparer et de reprendre la grève à la rentrée, c'est d'aider les grévistes des transports et des autres secteurs en grève reconductible à tenir, en continuant à se mobiliser pendant les vacances scolaires à leurs côtés.

    Dans l'Éducation, l'intersyndicale nationale (CGT Éduc’action, FSU, SNALC, SUD Éducation, FAEN) s'est exprimée le 19 décembre dans un communiqué qui annonce clairement la couleur : « Pas de trêve jusqu’au retrait ! ». Nos organisations syndicales soutiennent « les assemblées générales qui décident la reconduction de la grève », et appelle désormais « à organiser et à participer aux actions locales […] pendant les vacances de noël avec les secteurs professionnels comme la SNCF, la RATP, les ports, les raffineries, les transports, la santé qui resteront mobilisés pour exiger du gouvernement qu’il retire sa réforme ».

    Le prochain temps fort de mobilisation de l'intersyndicale interprofessionnelle, annoncé pour le jeudi 9 janvier, apparaît aux secteurs en grève reconductible, notamment dans les transports, comme une perspective bien trop lointaine pour tenir la grève – presque comme une « trêve de Noël » qui ne dirait pas son nom.

    C'est pourquoi de nombreuses AG de grévistes et de nombreux syndicats des secteurs en grève reconductible, et ce à tous les échelons, se prononcent pour le mot d'ordre « Pas de retrait, pas de trêve ! », et appellent d'ores et déjà à des manifestations partout en France le samedi 28 décembre.

    La Coordination nationale réaffirme son appel à construire et amplifier la grève reconductible jusqu’au retrait du projet Delevoye, contre les réformes Blanquer et pour nos conditions de travail. Elle s’oppose à toute forme de « trêve de Noël » et appelle à maintenir la pression et la solidarité interprofessionnelle durant les vacances scolaires.

    En conséquence, la Coordination nationale appelle :

    • à poursuivre et amplifier pendant les vacances scolaires les actions de soutien interprofessionnel aux secteurs en grève reconductible, en premier lieu la SNCF et la RATP, et à aider à l’extension de la grève (énergie, raffineries, ports, culture, etc.). Elle appelle les personnels de l’Éducation à participer à toutes les actions et manifestations interprofessionnelles, aux piquets de grève, aux AG des autres secteurs, aux AG interprofessionnelles, et à s’adresser à la population.

    • à relayer activement auprès des collègues les appels à la solidarité financière lancés par le secteur des transports ;

    • à construire les manifestations du samedi 28 décembre, journée nationale de mobilisation appelée par les fédérations des transports, pour en faire une nouvelle journée de grève et de manifestation interprofessionnelles. Elle appelle à organiser des cortèges Éducation visibles partout où cela a été décidé, et à s’adresser aux syndicats de l’Éducation pour appeler à ces manifestations.

    • à rejoindre, étendre ou reprendre la grève reconductible en janvier dès la semaine de la rentrée (le 6, le 7…) : pas de retrait, pas de trêve !

    • à organiser des AG et heures syndicales dès le lundi 6 janvier pour décider de la grève, et à déposer des intentions préalables de grève dans le 1er degré pour tous les jours de janvier et février ;

    • à organiser des tournées dans les établissements et écoles pour étendre la grève, et à renforcer ou créer les cadres locaux de coordination inter-établissements ;

    • à utiliser la date du jeudi 9 janvier, journée de grève et de manifestation interprofessionnelles appelée par l’intersyndicale nationale, pour amplifier et étendre la grève reconductible.

    Par ailleurs, la Coordination nationale lutte pour la suppression de la première session des E3C  (« épreuves communes de contrôle continu » du nouveau Bac Blanquer, dont la première session se tient dès janvier en 1ère générale et technologique, et qui acte la casse du Baccalauréat comme examen national). En cas de maintien des E3C,  elle appelle les collègues de lycée général et technologique à s’organiser et à se coordonner dès maintenant pour empêcher la mise en œuvre des E3C.